VIDEO. Haïti : manifestation et barricades à cinq jours de la présidentielle

AP

Les opposants réclament l'annulation du processus électoral en cours et la formation d'un gouvernement de transition. 

A cinq jours du second tour de l'élection présidentielle, Haïti s'embrase. Plusieurs milliers de personnes ont participé, mardi 19 janvier, à une manifestation de l'opposition dans la capitale haïtienne, qui s'est achevée par le blocage de rues du centre-ville de Port-au-Prince à l'aide de barricades de pneus enflammés. La police a dispersé les manifestants en lançant des grenades lacrymogènes.

L'opposition dénonce "un coup d'Etat électoral"

Depuis deux mois, l'opposition dénonce "un coup d'Etat électoral" fomenté par le président Michel Martelly. Il ne peut pas prétendre à un deuxième mandat consécutif en vertu de la Constitution, mais il soutient son dauphin, Jovenel Moïse, le candidat du pouvoir. Les opposants réclament l'annulation du processus électoral et la formation d'un gouvernement de transition. Leur candidat, Jude Célestin, a déclaré, lundi, qu'il ne participera pas au second tour, prévu ce dimanche. 

Le président américain, Barack Obama, est lui aussi sous le feu des critiques, car les Etats-Unis ont, par le biais du département d'Etat, maintenu leur soutien au processus électoral en cours. Trente ans après la fin de la dictature des Duvalier, Haïti peine toujours à organiser des scrutins non contestés et qui suscitent l'engouement de la population. Lors du premier tour, à peine 26% des électeurs se sont exprimés, preuve de la fracture entre la classe politique et la population, plongée dans l'extrême pauvreté.

Vous êtes à nouveau en ligne