VIDEO. Le piratage de Sony devient une affaire d'État

France 3

Fin novembre 2014, un groupe de hackers nord-coréen avait piraté la compagnie Sony Pictures. La société vient de décider d'annuler la sortie de son film sur la Corée du Nord, "The Interview".

 Le chef d'État américain a affirmé l'implication de la Corée du Nord dans l'affaire de piratage des Studios Sony. "Le FBI l'a annoncé aujourd'hui et nous confirmons que c'est la Corée du Nord qui est impliquée dans cette attaque" a déclaré Barack Obama.
 
C'est une crise sans précédent qui fait trembler Hollywood. A l'origine de ce scénario catastrophe, un film : "The Interview". Le long métrage est une comédie dans laquelle deux stars de la télévision américaine sont recrutées par la CIA pour tuer le leader nord-coréen, Kim Jong-un. "The Interview" devait sortir dans les cinémas américains le jour de Noël. Hier, coup de théâtre, le film qui a coûté 30 milliards de dollars est déprogrammé, car cette semaine les Studios Sony sont victime d'une cyberattaque.
 
Une erreur selon Barack Obama  
 
Pour le président américain, pas question que les États-Unis subissent la censure d'un dictateur : "Nous répondrons de manière proportionnée. Nous répondrons en temps et en lieu voulus" . Pour le chef d'État , les Studios Sony font une erreur en annulant la programmation.
 
Pour les États-Unis, c'est la Corée du Nord qui est responsable de ce piratage. Son leader, agacé par cette parodie aurait commandité cette attaque. Kim Jong-un est entouré de troupes spécialisées dans le piratage de données. 
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne