VIDEO. Costa Rica : "Une rente forestière tirée des crédits-carbone"

Le Costa Rica rentabilise ses forêts grâce aux crédits-carbone. Des entreprises polluantes du monde entier lui permettent ainsi de réaliser de gros profits au nom de la protection de l'environnement. Le marché des permis d'émissions est juteux… Extrait du magazine "Un œil sur la planète" du lundi 11 mai.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le Costa Rica commercialise ses forêts grâce au marché des crédits-carbone créés par le protocole de Kyoto en 2005. Protéger les forêts est ainsi devenu très profitable pour cet État qui se veut une "démocratie verte", où producteurs d'ananas et cultivateurs de bananes déversent pourtant d'énormes quantités de pesticides dans leurs champs... 

En contrepartie d'un droit à polluer, les entreprises "sales" de la planète achètent ces crédits-carbone à des pays couverts d'arbres, comme l'est ce petit État de l'isthme centraméricain entre la mer des Caraïbes et l'océan Pacifique. Une rente forestière en plein développement.

Entre 8 et 20 dollars la tonne de carbone

Des centaines d'étudiants accourent du monde entier à l'université de la Terre pour mettre au point l'agriculture écologique de demain et apprendre à développer de nouveaux systèmes économiques pour financer la protection de l'environnement.

L'un de ses professeurs, Edmundo Castro, est un spécialiste des profits générés grâce aux forêts. "Chaque crédit correspond à une tonne de carbone absorbée par les arbres, et le prix de la tonne varie entre 8 et 20 dollars", explique-t-il. Ses étudiants, calculette en main, mesurent la hauteur, la circonférence et la densité des arbres pour estimer le volume de carbone qu'ils peuvent absorber à l'hectare. Et une forêt de 500 hectares peut rapporter près de 150 000 euros par an au Costa Rica !

> Une vidéo extraite du document "Costa Rica : le pays le plus heureux du monde ?" diffusé sur France 2 dans Un œil sur la planète du 11 mai 2015, le magazine d'information dirigé par Patrick Boitet, présenté par Etienne Leenhardt et réalisé par Nicolas Maupied.

 > Autres temps forts : 
Costa Rica : "Ne pas avoir d'armée est une source de paix et de tranquillité" 
Costa Rica : "Quand un malade se dit béni d'être né dans ce pays"
Costa Rica : "Vivre centenaire sur la péninsule de Nicoya" 
Costa Rica : "L'apprentissage du chinois en plein essor"

 > À lire également sur Géopolis :  
Costa Rica : La "démocratie verte" est-elle en train de perdre son âme ?

Vous êtes à nouveau en ligne