VIDEO. Costa Rica : "Ne pas avoir d'armée est une source de paix et de tranquillité"

Le Costa Rica, petit pays d'Amérique centrale, n'a plus d'armée depuis son abolition après la guerre civile de 1948. Loin de constituer une menace pour sa sécurité, le président de cet État sans militaires estime au contraire que c'est un gage de paix. Extrait du magazine "Un œil sur la planète" du lundi 11 mai.

Comment un pays peut-il se sentir en sécurité alors qu'il n'a pas d'armée ? "C'est précisément parce qu'on n'a pas d'armée", répond très simplement le président du Costa Rica, Luis Guillermo Solís, au présentateur du magazine Un œil sur la planète Étienne Leenhardt.

"Dans l'histoire de l'Amérique latine, l'armée a plus inspiré la peur que le sentiment de sécurité", précise le chef de cet État qui est le seul au monde à avoir aboli constitutionnellement l'armée, après la guerre civile de 1948, et alloué les crédits militaires aux secteurs de l'éducation et de la santé.

"L'armée est associée au terrorisme d'État"

"En Europe, l'expérience est différente. L'armée est associée à la défense de l'État, à la gloire et à l'essence mêmes de la nation", rappelle cet historien de formation élu en avril 2014 à la présidence de cette république d'Amérique centrale comptant près de 5 millions d'habitants.

Cet ancien enseignant-chercheur rappelle que dans beaucoup de pays du continent latino-américain, "l'armée est associée au terrorisme d'État, à la violence contre les citoyens, la destruction de la démocratie et la perversion des institutions". Il en conclut que "le fait que le Costa Rica n'ait pas d'armée est une source de paix et de tranquillité".

> Une vidéo extraite du document "Costa Rica : le pays le plus heureux du monde ?" diffusé sur France 2 dans Un œil sur la planète du 11 mai 2015, le magazine d'information dirigé par Patrick Boitet, présenté par Etienne Leenhardt et réalisé par Nicolas Maupied.

 > Autres temps forts : 
Costa Rica : "Une rente forestière tirée des crédits-carbone"
Costa Rica : "Quand un malade se dit béni d'être né dans ce pays"
Costa Rica : "Vivre centenaire sur la péninsule de Nicoya" 
Costa Rica : "L'apprentissage du chinois en plein essor"

 > À lire également sur Géopolis :  
Costa Rica : La "démocratie verte" est-elle en train de perdre son âme ?

Vous êtes à nouveau en ligne