Un prisonnier politique cubain meurt après 56 jours de grève de la faim

Wilmar Villar Mendoza, 31 ans, avait cessé de s'alimenter pour protester contre une condamnation à quatre ans de prison prononcée à son encontre le 24 novembre.

Wilmar Villar Mendoza, un prisonnier politique cubain de 31 ans, est mort jeudi 19 janvier dans un hôpital de Santiago (Cuba) après 56 jours de grève de la faim, a annoncé vendredi l'opposant Elizardo Sanchez. Mendoza avait cessé de s'alimenter pour protester contre sa condamnation à quatre ans de prison le 24 novembre à la suite d'une manifestation.

Selon Elizardo Sanchez, qui dirige la Commission cubaine des droits de l'homme et de la réconciliation nationale (CCDHRN), une organisation illégale mais tolérée par les autorités, Wilmar Villar Mendoza était depuis plusieurs jours dans un état critique et était hospitalisé dans le service des soins intensifs de l'hôpital de Santiago de Cuba, à 900 km au sud-est de La Havane. Son état de santé s'est lentement détérioré jusqu'à son décès jeudi à 18h45, heure locale (0h45 heure française).

La CCDHRN "considère que la responsabilité morale, politique et juridique de la mort de Wilmar revient au gouvernement cubain", a affirmé Elizardo Sanchez, pour qui cette mort était "évitable". C'est le deuxième décès récent d'un prisonnier politique cubain après une grève de la faim. En 2010, Orlando Zapata, 42 ans, était mort après un jeûne de 85 jours. Il était considéré comme un "prisonnier de conscience" par l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International.