Salvador : un hippopotame tué dans son enclos à coups d'"objets contondants et tranchants"

Un hippopotame photographié au Botswana en décembre 2016. 
Un hippopotame photographié au Botswana en décembre 2016.  (THOMAS DRESSLER / BIOSPHOTO / AFP)

Cinq jours après une violente attaque, Gustavito a succombé à ses blessures. Une enquête est en cours pour retrouver les agresseurs.

Qui a bien pu infliger de telles blessures et s'acharner de cette manière sur le pauvre Gustavito ? C'est ce que tente de savoir la police de San Salvador (Salvador), rapporte CNN (en anglais), lundi 27 février. Cet hippopotame est mort après avoir été violemment agressé mercredi 22 février. L'animal de 15 ans a subi "de multiples coups sur différentes parties du corps" à partir d'"objets contondants et tranchants", selon le ministère de la Culture, qui a réagi dans un communiqué. Une attaque qu'il a qualifiée de "lâche et inhumaine".

C'est le comportement anormal de Gustavito qui a mis la puce à l'oreille de ses soigneurs. L'animal ne s'alimentait plus et est resté immergé toute la journée de jeudi. Lorsqu'ils l'ont finalement ausculté, ils ont alors découvert les plaies. Gustavito souffrait de "contusions, de lacérations sur la tête et le corps, de crampes et de douleurs abdominales".

Agressé au pic à glace ?

Selon le directeur du zoo, les plaies aux pattes et près de la gueule de l'animal aurait pu être causées par un pic à glace. Les employés du zoo ont également découvert des morceaux de métal et de pierres dans l'enceinte de l'hippopotame. Les soins des vétérinaires n'ont rien pu faire et, après cinq jours d'agonie, l'animal a succombé à ses blessures.

Principale attraction du zoo, Gustavito était au Salvador depuis plus de 12 ans après avoir été acheté au Guatemala. Après cette attaque, les autorités ont doublé la sécurité au zoo. Sur les réseaux sociaux, bon nombre d'utilisateurs espèrent que les auteurs de cette attaque seront retrouvés et punis. "Celui qui a fait cela doit payer", réclame ainsi l'un d'eux.