Présidentielle en Bolivie : Evo Morales réélu dès le premier tour, la communauté internationale hausse le ton

Evo Morales, président sortant de la Bolivie, lors d\'une conférence de presse à La Paz, le 24 octobre 2019.
Evo Morales, président sortant de la Bolivie, lors d'une conférence de presse à La Paz, le 24 octobre 2019. (AIZAR RALDES / AFP)

Carlos Mesa, président de 2003 à 2005, dénonce une fraude électorale et demande aux Boliviens de poursuivre la mobilisation.

Le résultat ne va pas apaiser les tensions dans le pays. Evo Morales, président de la Bolivie depuis 2006, a remporté l'élection présidentielle de dimanche dès le premier tour, selon les données publiées par le Tribunal électoral suprême (TSE), jeudi 24 octobre.

Après dépouillement de 99,99% des bulletins, le président sortant est crédité de 47,07% des voix, contre 36,51% pour son principal rival, le centriste Carlos Mesa. Evo Morales remplit donc l'une des conditions permettant à un candidat à la présidentielle de s'imposer dès le premier tour : obtenir au moins 50% des suffrages, ou plus de 40% des voix et une avance d'au moins dix points.

Appel à la tenue d'un second tour

L'opposition a accusé le dirigeant socialiste de fraude électorale et l'Organisation des Etats américains (OEA), qui avait dépêché des observateurs à La Paz, a recommandé un second tour après que le TSE a interrompu de manière inattendue les projections sur son site quand un second tour entre Morales et Mesa se profilait après dépouillement de 84% des bulletins de vote.

Le parti de Morales "vient juste de consommer la fraude" électorale, a dénoncé Carlos Mesa, président de 2003 à 2005, qui demande aux Boliviens de poursuivre la mobilisation. Il a reçu le soutien d'un collectif de partis et organisations de droite et du centre.

L'Union européenne (UE) estime pour sa part que "la meilleure option serait la tenue d'un second tour pour rétablir la confiance et s'assurer du respect du choix démocratique du peuple bolivien". De leur côté, les Etats-Unis, le Brésil, l'Argentine et la Colombie ont demandé jeudi qu'un second tour ait lieu si l'Organisation des Etats américains (OEA) ne confirmait pas le résultat du premier tour.

Audit et légitimité

L'OEA, dont la mission d'observation avait fait part de sa "surprise" et son "inquiétude" face au revirement du décompte, a accepté de réaliser un audit des résultats. Mais, pour l'instant, aucune précision sur la date et les conditions de cette mission n'ont été communiquées. "Ces résultats ne devraient pas être considérés comme légitimes jusqu'à la fin du processus d'audit demandé", a prévenu Luis Almagro, le secrétaire général de cette organisation basée à Washington.

Les Etats-Unis, le Brésil, l'Argentine et la Colombie ont également menacé de ne pas reconnaître Evo Morales. Ces pays, "au côté de la communauté démocratique internationale, ne reconnaîtront que les résultats reflétant réellement la volonté du peuple bolivien".

A contrario, Cuba, le Venezuela et le Mexique ont félicité Evo Morales pour sa réélection. Caracas a notamment fait part de "sa profonde admiration pour la victoire démocratique" du président bolivien.

Vous êtes à nouveau en ligne