Présidentielle au Venezuela : la passe de 4 pour Chavez ?

Ultime meeting d\'Hugo Chavez à Caracas, le 4 octobre 2012.
Ultime meeting d'Hugo Chavez à Caracas, le 4 octobre 2012. (AFP)

Le Venezuela choisit son président de la République dimanche 7 octobre. Hugo Chavez, élu en 1998 pour la première fois, est donné en tête des sondages. L'homme est très controversé. Son socialisme populiste et nationaliste irrite, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. Atteint d'un cancer qu'il a soigné à Cuba, Hugo Chavez n'a en tout cas rien perdu de sa fougue.

Treize années de pouvoir ont quelque peu écorné l'image d'Hugo Chavez. Le «socialisme bolivarien», par l'importance des réformes qu'il conduit, fait grincer des dents. Alors échec ou succès ? Un peu des deux. Succès des politiques de santé et de scolarisation dans un pays où désormais 75% des enfants vont à l'école. Echec incontestable en matière de sécurité, le Vénézuéla est un des pays les plus dangereux du monde. Ici on tue un homme chaque demi-heure.

Et, malgré la manne que représente le pétrole, l'économie va mal. Les caisses de l'Etat sont vides, épuisées par un clientélisme politique qui a multiplié par deux le nombre de fonctionnaires. Une classe moyenne est apparue. Mais elle vit largement d'aides en tout genre et aspire à atteindre un meilleur niveau social.


Reportage France 2, commentaire Bernard Lebrun, diffusé le 3 octobre 2012

Henrique Capriles, le candidat unique de l'opposition est jeune : 40 ans. Il lorgne du côté de l'électorat populaire traditionnellement acquis au président sortant. Sa campagne, centrée sur l'insécurité et la vie quotidienne, semble avoir porté ses fruits. Il a resserré l'écart dans les sondages avec le président sortant, et ne compte plus que dix points de retard. Après treize ans de pouvoir «chavezien», il est aussi l'incarnation d'une volonté de changement.

Reportage AFP Vidéo, mis en ligne le 4 Octobre 2012

Hugo Chavez, candidat à sa propre succession. Le président du Venezuela a été réélu à trois reprises depuis 1998. En 2009, Il a fait accepter par référendum une réforme constitutionnelle qui lui permet de briguer un nouveau mandat. Ses adversaires l'accusent de vouloir devenir président à vie. Affaibli récemment par un cancer, ce nouveau défi électoral l'a semble-t-il galvanisé. Ce tribun hors-pair est toujours très à l'aise pour haranguer les foules.

Reportage AFP Vidéo, mis en ligne le 4 Octobre 2012

Vous êtes à nouveau en ligne