La croissance américaine sera moins forte que prévu

Le président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, lors d\'une conférence de presse à Washington (Etats-Unis), mercredi 2 novembre 2011.
Le président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, lors d'une conférence de presse à Washington (Etats-Unis), mercredi 2 novembre 2011. (MARK WILSON / GETTY IMAGES / AFP)

La Réserve fédérale américaine a également indiqué que le taux de chômage baisserait au mieux à 8,5 % et non 7,8 %.

Après la France, c'est au tour des Etats-Unis. La Réserve fédérale américaine (Fed) a abaissé considérablement mercredi 2 novembre ses prévisions pour l'économie du pays.

Selon elle, la croissance n'atteindrait que 2,5 à 2,9 % en glissement annuel au quatrième trimestre 2012. Il y a un an, elle comptait sur un taux allant de 3,3 à 3,7 %. La Fed a par ailleurs indiqué que le taux de chômage tomberait au mieux à 8,5 % et non 7,8 %, comme elle le pensait en juin. Elle se montre toutefois plus optimiste pour l'évolution de l'inflation, qui devrait revenir selon elle entre 1,4 et 2 % en 2012, contre 2,9 % en septembre.

La politique de stabilité des taux inchangée

La Fed a en tout cas décidé de maintenir sa politique monétaire fixée en septembre, et a dit être prête à prendre des mesures d'assouplissement supplémentaires en cas de détérioration des perspectives économiques du pays.

A l'époque, la Fed avait choisi de se lancer dans un programme de cession de bons du Trésor à court terme et d'achat de titres d'Etat à long terme pour un montant de 400 milliards de dollars, dans le but de maintenir les taux longs à un faible niveau.

Vous êtes à nouveau en ligne