Incendies : la ville de Fort McMurray sauvée des flammes à 90%

Des maisons brûlées à Abasand, dans la banlieue de Fort McMurray (Canada), le 9 mai 2016.
Des maisons brûlées à Abasand, dans la banlieue de Fort McMurray (Canada), le 9 mai 2016. (CHRIS WATTIE / REUTERS)

Ses habitants, évacués, n'y reviendront pas avant une quinzaine de jours.

Une région ravagée, mais une ville sauvée. La ville de Fort McMurray (Canada) a été quasi entièrement sauvée des flammes grâce aux pompiers qui luttent depuis une semaine contre de gigantesques feux de forêt dans la région. "Il apparaît que 90% de la ville de Fort McMurray est sauvée", a assuré lundi 9 mai la Première ministre de la province de l'Alberta (ouest du Canada), Rachel Notley.

Au total, près de 100 000 personnes ont été évacuées la semaine dernière de Fort McMurray et des bourgades alentours, alors que les feux ont dévasté des milliers d'hectares et plus de 2 000 maisons dans les banlieues résidentielles de la ville. Pour Rachel Notley, le fait d'avoir "pu sortir la population entière", sans aucune victime, en seulement quelques heures, est un véritable "miracle".

Un retour des habitants dans plusieurs semaines

Les pompiers ont lutté pendant 12 heures contre les flammes. "Si le feu avait finalement réussi à atteindre le centre-ville, nous aurions perdu toute la ville", a estimé le chef des pompiers. Les incendies ont continué lundi d'avancer à l'est mais avec moins de force. Plus de 200 000 hectares de forêts ont maintenant été détruits, soit 4 000 km² au cours des dernières 24 heures, a indiqué Chad Morrisson, directeur du service d'incendie de l'Alberta.

Les habitants de la ville devront encore patienter avant de rentrer chez eux. Des pans entiers de la ville n'ont ni eau, ni électricité ou gaz. Il faut aussi remettre en état les services municipaux, les écoles, l'hôpital et les cliniques. "Dans deux semaines nous aurons une meilleure idée du moment où les résidents" pourront commencer à rentrer chez eux, a estimé Darby Allen, chef des pompiers de Fort McMurray.

Pour les habitants évacués depuis bientôt une semaine, la vie s'organise dans les 11 centres d'hébergement de la province, des résidences universitaires vacantes avec les congés d'été, des campings ou même des caravanes sur des parkings, et ce à des centaines de kilomètres de Fort McMurray.

Vous êtes à nouveau en ligne