Canada : les feux, "hors de contrôle", ont doublé de taille en une journée, à Fort McMurray

\"La situation reste imprévisible et dangereuse\", rappelle samedi le ministre de la Sécurité publique canadien. 
"La situation reste imprévisible et dangereuse", rappelle samedi le ministre de la Sécurité publique canadien.  (REUTERS)

Les flammes ont déjà parcouru plus de 200 000 hectares. 

Les pompiers l'appellent "La Bête." Un incendie gigantesque, hors de tout contrôle et composé de multiples feux, continue de ravager la région de Fort McMurray, dans la province de l'Alberta, au Canada. Les feux ont doublé de taille en une journée, samedi 7 mai, selon le dernier bilan de l'agence de gestion des urgences de l'Alberta. 

Les flammes ont parcouru plus de 200 000 hectares. Seule "bonne nouvelle" au tableau, le front des feux "continue de s'éloigner" de Fort McMurray et des sites de production pétrolière vers le nord-est, selon le directeur de l'agence, Chad Morrisson. L'incendie ne représente donc pas de menace pour les populations, mais provoque des dommages graves à l'écosystème.

Des "conditions extrêmes"

Près des 30 degrés en journée, des vents de 40 km/h et des broussailles asséchées par deux mois sans pluie : "les conditions liées aux feux restent extrêmes", précise l'agence de gestion des urgences. Si un air plus frais et humide avec des chances de précipitations dans les prochains jours pourrait contribuer à freiner ou calmer les feux, "nous avons besoin de fortes pluies, les averses ne suffisent pas", a ajouté Chad Morrisson. 

"La situation reste imprévisible et dangereuse et c'est un feu énorme et dangereux hors de contrôle", a dit de son côté le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

La fin des opérations d'évacuation

Samedi, la Première ministre de l'Alberta a par ailleurs prévu que tous les sinistrés encerclés par les feux à quelques dizaines de kilomètres au nord de Fort McMurray devaient avoir été évacués de la zone.

Coincées dans des bases de vie de compagnies pétrolières où elles avaient trouvé refuge quand la route du nord était la seule issue possible, la plupart des personnes réfugiées ont pu emprunter un couloir sécurisé le long de l'autoroute 63 pour traverser Fort McMurray par convois de 25 voitures. Ils ont rejoint Edmonton, la capitale de l'Alberta à 400 km. Un peu moins de la moitié de ces 25 000 sinistrés ont été évacués par un pont aérien avec des avions des compagnies aériennes, les gros porteurs des forces armées mais aussi les appareils des compagnies aériennes locales.

Au total, le gouvernement a estimé que les 80 000 habitants de Fort McMurray ont été évacués, un chiffre qui approche les 100 000 personnes avec les ordres d'évacuation de trois bourgades plus au sud et d'une réserve amérindienne.

Vous êtes à nouveau en ligne