Fusillade d'Orlando : les États-Unis en deuil

Depuis 48 heures, l'Amérique renoue avec le traumatisme des attentats. Le groupe État islamique a revendiqué le carnage dans la discothèque gay d'Orlando en Floride.

Sur les télévisons, les Américains découvrent avec effroi les premiers visages ainsi que les noms des victimes de la tuerie d'Orlando. Sur place, la scène de crime est toujours bouclée. Alors que les enquêteurs continuent à prélever des indices, les corps sont un à un conduits vers la morgue pour identification. Devant l'hôpital, l'attente insoutenable de familles sans nouvelle de leurs proches. Certaines repartent effondrées, d'autres continuent d'espérer.

Des hommages partout aux États-Unis

Spontanément, des centaines de personnes ont afflué vers les centres de don du sang. Les témoins de l'attaque continuent de livrer des récits glaçants de l'attaque. "Il n'arrêtait pas. Il tirait, tirait, tirait. C'était très rapide, il tirait, rechargeait son arme et tirait encore", explique un jeune homme témoin de la fusillade. Cette mère montre le dernier message que son fils lui a envoyé à 2h06 du matin : "Maman je t'aime. Il y a une fusillade dans le club, je suis enfermé dans les toilettes. Appelle la police, je vais mourir". Partout aux États-Unis, les hommages se succèdent.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne