DIRECT. Fusillade d'Orlando : le FBI dit être convaincu que le tueur d'Orlando a été radicalisé sur internet

Des enquêteurs sortent du Pulse, club gay visé par un attentat dimanche 12 juin 2016 à Orlando (Floride).
Des enquêteurs sortent du Pulse, club gay visé par un attentat dimanche 12 juin 2016 à Orlando (Floride). (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

"Il y a de fortes indications de radicalisation. Et une inspiration potentielle par des organisations terroristes étrangères", a déclaré le FBI.

Alain Juppé, président du club des villes hôtes de l'Euro, a annoncé une minute de silence dans toutes les "fan zones" de France, lundi 13 juin à 20h30, après la tuerie perpétrée à Orlando. Omar Mateen a commis la pire fusillade dans l'histoire des Etats-Unis. Cet Américain d'origine afghane a ouvert le feu dans une boîte de nuit gay d'Orlando, en Floride, dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juin. L'attaque a fait au moins 49 victimes, dont 48 ont été identifiées, et 53 blessés, selon le dernier bilan des autorités.

Une minute de silence dans les "fan zones". Alain Juppé, président du club des villes hôtes de l'Euro, a annoncé un hommage dans toutes les "fan zones" de France, lundi à 20h30.

Le FBI sur la trace d'éventuels complices. "Une enquête est en cours sur d'éventuelles complicités(...). Si quelqu'un est impliqué dans ce crime, il devra en répondre", a déclaré le procureur du district central de Floride. Pour le moment, les enquêteurs estiment toutefois qu'Omar Mateen a agi seul. Pendant la fusillade, il a lui-même appelé les secours pour clamer son appartenance à l'Etat islamique.

Pas de "preuves claires" d'ordres venus de l'étranger. Le président américain Barack Obama a affirmé lundi qu'il n'existait à ce stade pas "de preuves claires" que l'attaque meurtrière perpétrée dans un club gay d'Orlando, en Floride, ait été commanditée depuis l'étranger. Le FBI dit être convaincu que le tueur d'Orlando a été radicalisé sur internet  et "une inspiration potentielle par des "organisations terroristes étrangères".

Repéré par le FBI dès 2013. Omar Mateen a été interrogé pour la première fois par le FBI en 2013, après "des remarques à ses collègues laissant penser à d'éventuels liens avec des terroristes". Il avait une nouvelle fois été entendu en 2014, pour des liens avec un kamikaze américain. Aucune des deux enquêtes n'avait abouti.

Vous êtes à nouveau en ligne