François Hollande à Cuba : une aubaine économique

La venue du président de la République doit permettre aux entreprises françaises sur place de profiter du dégel des relations avec les États-Unis.

Cuba est une porte bientôt ouverte vers le marché américain. Alors la venue de François Hollande pour une rencontre historique avec le gouvernement cubain est aussi lié à des intérêts économiques pour la France.

Avec l'amélioration des relations entre Cuba et les États-Unis, le pays d'Amérique latine pourrait passer de trois à 10 millions de touristes d'ici cinq ans, et les entreprises françaises sur place comptent bien en profiter.

Atteindre un marché inaccessible

Havana Club, fusion d'une société cubaine et du géant français Pernod-Ricard, produit plus de 50 millions de bouteilles de rhum chaque année. Mais pour l'instant le marché américain lui est inaccessible. "La reprise des discussions entre les deux États nous laisse espérer un jour la levée de l'embargo et donc de vendre notre rhum dans un marché qui représente 40% du marché du rhum mondial", exprime le directeur général Jérôme Cottin-Binoze.

Peugeot, Air France, et même le groupe Accor, qui va accueillir François Hollande pour un déjeuner lors de sa venue à La Havane, sont également installés à Cuba et espèrent profiter rapidement de cette détente politique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne