Equateur : cinq morts dans les manifestations, au moins 122 blessés

Manifestation contre le gouvernement à Quito (Equateur), le 10 octobre 2019.
Manifestation contre le gouvernement à Quito (Equateur), le 10 octobre 2019. (IVAN ALVARADO / REUTERS)

Le pays andin est secoué depuis début octobre par un mouvement social inédit depuis 2007, marqué par des blocages de routes et de puits pétroliers en Amazonie, des manifestations et des grèves.

Cinq civils, dont un dirigeant indigène, ont trouvé la mort durant les manifestations qui secouent l'Equateur depuis une semaine contre la hausse du prix de l'essence, ont annoncé jeudi 10 octobre les services du Défenseur du peuple, un organisme d'Etat.

"La première victime est un homme qui a été écrasé dimanche dans la province d'Azuay (Sud). Les quatre autres sont décédées à Quito", a précisé l'institution, sans indiquer les circonstances des quatre nouveaux décès. Le précédent bilan officiel faisait état d'un mort et 766 arrestations. Par ailleurs, en une semaine, les manifestations ont fait au moins 122 blessés, selon la Croix Rouge.

Rejet du dialogue avec le gouvernement

Jeudi, la principale organisation indigène d'Equateur a rejeté le dialogue avec le gouvernement de Lenin Moreno, appelant à "radicaliser les actions" de protestation. Avant tout dialogue, les Indigènes –qui représentent 25% des 17,3 millions d'Equatoriens– demandent l'abandon de la fin des subventions au carburant, qui a fait bondir les prix à la pompe de plus de 100%.

Le petit pays andin est secoué depuis début octobre par un mouvement social inédit depuis 2007, marqué par des blocages de routes et de puits pétroliers en Amazonie, des manifestations parfois violentes et des grèves. Début octobre, le gouvernement a adopté une réforme mettant fin aux subventions sur le carburant, qui a fait bondir les prix à la pompe de plus de 100%. Les manifestants en demandent le retrait.

Vous êtes à nouveau en ligne