Mexique : l'extradition d'"El Chapo" vers les Etats-Unis prendra au moins un an

Des soldats escortent Joaquin \"El Chapo\" Guzman, le 8 janvier 2016 à Mexico.
Des soldats escortent Joaquin "El Chapo" Guzman, le 8 janvier 2016 à Mexico. (TOMAS BRAVO / REUTERS)

La longueur du processus fait craindre aux autorités une nouvelle évasion du narcotrafiquant.

Joaquin "El Chapo" Guzman ne sera pas extradé aux Etats-Unis avant au moins un an, selon les autorités mexicaines. "Le délai moyen est d'un an, mais cela pourrait aller jusqu'à cinq ans", a indiqué, lundi 11 janvier, la procureure générale mexicaine Arely Gomez sur la station Radio Formula.

Plus les avocats du narcotrafiquant, arrêté vendredi, multiplieront les recours, plus la procédure promet d'être longue. Sa défense s'est d'ailleurs engagée à mener un combat juridique "dur", pouvant aller jusqu'à la Cour suprême, au motif que le chef du cartel de Sinaloa risque la peine de mort aux Etats-Unis.

La crainte d'une nouvelle évasion

Le Mexique a ouvert la voie ce week-end à l'extradition vers les Etats-Unis de Joaquin Guzman, alors que jusqu'à présent, le président Enrique Pena Nieto avait refusé son transfert, promettant de le juger et de l'incarcérer au Mexique. Mais sa rocambolesque évasion en juillet, par un tunnel creusé sous la prison de haute sécurité d'Altiplano, près de Mexico, a porté un coup très dur à la crédibilité du gouvernement et changé la donne.

La longueur du processus fait craindre une nouvelle évasion du baron de la drogue. Les mesures de sécurité ont été renforcées à la prison d'Altiplano pour éviter qu'il ne se fasse à nouveau la belle. Lundi, la diplomatie américaine a mis en garde le Mexique et exprimé ses "inquiétudes" face à un tel risque. "Le monde observe comment cette affaire est menée", a souligné le porte-parole du département d'Etat américain, John Kirby. Le narcotrafiquant s'était déjà évadé d'une prison de haute sécurité mexicaine en 2001, caché dans un panier de linge sale.

Vous êtes à nouveau en ligne