Colombie : un accord de paix final entre Bogotá et les Farc met fin à cinquante ans de guerre

Le commandant des Farc, Ivan Marquez, embrasse des victimes du conflit armée entre la guérilla et le gouvernement colombien, le 24 août 2016 à La Havane (Cuba).
Le commandant des Farc, Ivan Marquez, embrasse des victimes du conflit armée entre la guérilla et le gouvernement colombien, le 24 août 2016 à La Havane (Cuba). (YAMIL LAGE / AFP)

Le texte sera définitivement adopté après avoir été soumis à un référendum, le 2 octobre.

La fin d'un demi-siècle de conflit entre le gouvernement colombien et les Farc est désormais seulement suspendue au succès d'un référendum. Au terme de près de quatre ans de pourparlers menés à La Havane (Cuba), Bogotá et la guérilla communiste ont annoncé avoir conclu un accord de paix final et définitif, mercredi 24 août. Le texte sera adopté après avoir été soumis au vote des Colombiens, le 2 octobre.

Sept mille combattants doivent être désarmés

L'accord de paix a été conclu sous l'égide de Cuba et de la Norvège, pays garants, du Venezuela et du Chili, accompagnateurs, et avec l'appui des Nations unies, des Etats-Unis et du pape François. Complexe et technique, il encadre le désarmement des 7 000 combattants des Farc et la transformation du mouvement en parti politique.

En trêve non-officielle depuis juillet 2015, les Farc et le gouvernement ont signé en juin un accord de cessez-le-feu définitif et de démobilisation qui sera effectif lorsque l'accord de paix entrera en vigueur. Cette guerre interne, la plus ancienne d'Amérique latine, a fait quelque 260 000 morts, 45 000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

Vous êtes à nouveau en ligne