Brésil : ils voulaient vendre leur fille de 2 ans sur Facebook

Un couple de Brésiliens a été arrêté, le 17 septembre 2013 dans la banlieue de Recife, pour avoir tenté de vendre sa fille de 2 ans sur Facebook.
Un couple de Brésiliens a été arrêté, le 17 septembre 2013 dans la banlieue de Recife, pour avoir tenté de vendre sa fille de 2 ans sur Facebook. (LOIC VENANCE / AFP)

Un couple de Recife a été arrêté pour avoir proposé, moyennant 1 200 euros, sa fillette sur le réseau social.

Un couple de Brésiliens a été arrêté dans la banlieue de Recife, dans le nord-est du Brésil, alors qu'il tentait de vendre sa fillette de 2 ans via Facebook, mardi 17 septembre. "Les parents biologiques de la fillette ont été arrêtés mardi soir. Ils n'avaient pas l'argent pour payer la caution de 15 000 reais [plus de 5 000 euros] pour chacun et ont été écroués, selon la police civile de Recife. La mère, 23 ans, a dit qu'elle voulait de l'argent pour aller se prostituer en Europe. Le père, 40 ans, n'a rien dit."

Ils ont été arrêtés grâce à la vigilance d'une femme de Campina Grande, ville d'un Etat voisin, qui a lancé une fausse négociation avec le couple et a dénoncé l'affaire à la police et à la justice locales. Elle est assistante sociale et a participé au groupe Facebook ouvert par les parents dans le cadre d'un travail de recherche universitaire. Elle a cru au début qu'il s'agissait d'une blague. Elle a ensuite donné rendez-vous au couple, à qui elle devait remettre 1 500 reais (503 euros) en liquide et un ordinateur portable en échange de la fillette. Elle devait ensuite leur verser 2 000 reais (moins de 700 euros) en dix fois.

Le couple a été arrêté en flagrant délit au moment de la transaction, devant une station de métro de la banlieue de Recife. "Le mari n'a pas participé aux conversations sur le réseau social mais était présent au moment de livrer l'enfant, qu'il tenait dans ses bras", a précisé le commissaire chargé de l'affaire, cité par le site d'information G1 (en portugais). La fillette a été confiée aux services sociaux.

Vous êtes à nouveau en ligne