Au moins 60 ans de prison requis contre Bradley Manning

Le soldat américain Bradley Manning arrive au tribunal militaire de Fort Meade (Etats-Unis), le 14 août 2013.
Le soldat américain Bradley Manning arrive au tribunal militaire de Fort Meade (Etats-Unis), le 14 août 2013. (MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

L'Américain, surnommé la taupe de WikiLeaks, a rendu publics quelque 700 000 documents secrets.

"Pas moins de 60 ans de prison" : c'est ce que le gouvernement américain a requis, lundi 19 août, à l'encontre de Bradley Manning, la taupe de WikiLeaks. Le procureur militaire Joe Morrow a également réclamé une amende de 100 000 dollars. Jugé par un tribunal militaire, le soldat américain de 25 ans est accusé d'avoir rendu publics quelque 700 000 documents secrets, soit la plus grande fuite de documents secrets américains. Il a été reconnu coupable de 19 des 21 chefs d'inculpation retenus contre lui, le 30 juillet, à Fort Meade (Etats-Unis).

"Il a trahi les Etats-Unis", a estimé le capitaine Joe Morrow dans ses réquisitions à l'encontre de Bradley Manning, qui comparaît devant une cour martiale. "Pour cet acte de trahison, il mérite de passer la majorité du restant de sa vie en prison". "Nous devons nous assurer que nous n'assisterons plus jamais à un tel cirque", a ajouté le procureur, insistant sur le caractère "destructeur" de ces fuites. Il a aussi demandé à la juge Denise Lind "d'envoyer un message à tout soldat qui envisagerait de voler des informations classifiées".

Peu avant la suspension d'audience, l'avocat de Bradley Manning, David Coombs, a mis en avant "l'humanisme" de son client, "jeune", "très intelligent", "naïf certainement, mais bien intentionné". L'avocat, qui a reconnu avoir préparé sa plaidoirie dans la perspective que les réquisitions n'excéderaient pas 40 ans de prison, a réclamé une peine qui lui donne à la possibilité de "vivre (...) peut-être de trouver l'amour, de se marier, d'avoir des enfants et de regarder ses enfants grandir". Dans la semaine du 12 août, Bradley Manning a présenté des excuses à la cour pour ses actes. Il a ajouté comprendre qu'il lui faudrait "en payer le prix".