Big Bird, l'oiseau qui a gagné le débat Obama-Romney

Le candidat républicain à la présidentielle, Mitt Romney, s\'en est pris au héros de la série \"1, rue Sésame\" pour dénoncer les dépenses inutiles de l\'Etat, lors du débat télévisé avec Barack Obama, le 3 octobre 2012. 
Le candidat républicain à la présidentielle, Mitt Romney, s'en est pris au héros de la série "1, rue Sésame" pour dénoncer les dépenses inutiles de l'Etat, lors du débat télévisé avec Barack Obama, le 3 octobre 2012.  (MATT ORTEGA / TWITTER)

L'oiseau jaune de la série "1, rue Sésame", qui a bercé l'enfance de millions d'Américains, a été utilisé par Mitt Romney comme symbole des dépenses inutiles de l'Etat, lors de son débat face à Barack Obama, mercredi.

PRESIDENTIELLE AMERICAINE – Barack Obama et Mitt Romney ont récité Bonne nuit les petits au cours d'un débat technique et sans passion, mercredi 3 octobre. Mais c'est le héros d'une autre série pour enfants, 1, rue Sésame, qui a remporté la mise. Big Bird, cette vieille pelure marionnette colorée apparue à la fin des années 1960, a en effet été désigné par le candidat républicain comme le symbole des dépenses publiques américaines. Son sort a ému les internautes, au point d'éclipser les commentaires politiques sur les réseaux sociaux.

"J'aime beaucoup Big Bird, mais je pense que nous ne devrions pas continuer à dépenser de l'argent pour des choses futiles pendant que nous empruntons de l'argent à la Chine", a expliqué Mitt Romney au cours des échanges. A ses yeux, la marionnette incarne les dépenses inutiles de l'Etat, qu'il faut aujourd'hui combattre.


Depuis, de nombreux internautes ont pris fait et cause pour l'oiseau de leur enfance. Des groupes Facebook ont été lancés. Sur Twitter, le mot-clé #SaveBigBird permet de fédérer les soutiens du personnage et de nombreux comptes ont été ouverts pour l'occasion, comme @FiredBigBird ("Big Bird viré"), suivi par plus de 25 000 abonnés et aujourd'hui suspendu ("Si Mitt Romney gagne, voilà ce qui m'attend" / "Cela m'a attristé d'entendre Mitt Romney annoncer qu'il voulait me virer") : 


Car Big Bird n'est pas n'importe qui. Depuis sa création, il a traversé les décennies et obtenu une étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood (Californie). Un brin ringard, un peu désuet, il hante toujours la conscience collective américaine, comme l'exprime ce faux compte Twitter, @BigBirdRomney ("L’Amérique a parlé. Vous pouvez accorder des exonérations de taxes aux millionnaires, mais n’allez pas vous mêler de leurs souvenirs d’enfance") :


Big Bird est devenu un mème à part entière, une image détournée encore et encore, au gré de l'imagination des internautes. En voici un florilège :

1/8
"J'aime Big Bird. J'aime aussi virer Big Bird."
MATT ORTEGA / TWITTER
2/8
"Si Romney gagne, je meurs."
QUICKMEME.ORG / FTVI
3/8
WASHINGTONTIMES.COM / FTVI
4/8
"Laissez Big Bird tranquille !"
THE-LION--HEARTED-GIRL.TUMBLR.COM / FTVI
5/8
"Obama a eu Ben Laden. J'aurai Big Bird !"
BBOYPATCHES.TUMBLR.COM / FTVI
6/8
MASHABLE.COM / FTVI
7/8
Sur la pancarte : "Du travail pour manger."
GOSSIPONTHIS.COM / FTVI
8/8
"Mitt Romney essaie de me tuer."
JOHN CIESLA / TWITTER

Rapidement, la boutade initiale a pris un tour politique. Aux yeux des militants démocrates, Big Bird est devenu le symbole des restrictions budgétaires envisagées par le Parti républicain. Certains d'entre eux proposent des tee-shirts sur le site de vente eBay. Big Bird va-t-il mourir en cas de victoire de Mitt Romney ? A voir. La chaîne PBS, qui diffuse la série, n'est financée par l'Etat qu'à hauteur de 15%, précise le quotidien britannique The Guardian (lien en anglais). Le reste vient de donateurs privés.

En attendant l'élection du 6 novembre et sa possible exécution, Big Bird peut compter sur des millions de soutiens. De quoi faire pâlir d'envie les deux candidats.

Vous êtes à nouveau en ligne