Au Mexique, un septième journaliste a été tué depuis le début de l'année

Les parents et amis de la journaliste mexicaine Norma Sarabia, sixième journaliste assassinée en 2019 au Mexique, portent son cercueil, dans l\'État de Tabasco, au Mexique, le 12 juin 2019.
Les parents et amis de la journaliste mexicaine Norma Sarabia, sixième journaliste assassinée en 2019 au Mexique, portent son cercueil, dans l'État de Tabasco, au Mexique, le 12 juin 2019. (CARLOS PEREZ / AFP)

Le pays fait partie des plus dangereux pour la presse, avec des violences liées au trafic de drogue et à la corruption politique.

Un journaliste a été découvert mort, mardi 30 juillet, dans le coffre d'une voiture abandonnée dans l'Etat de Morelos, dans le centre du Mexique, selon les autorités. C'est le septième journaliste tué depuis le début de l'année.

Le corps de Rogelio Barragan, directeur du site GuerreroAlInstante.com, a été découvert avec "des blessures au visage et une blessure dans la zone du cerveau", a annoncé le bureau du procureur de l'Etat de Morelos sans fournir d'autres précisions. 

100 journalistes tués depuis 2000 

Le journaliste avait plus de dix ans d'expérience, a souligné Reporters Sans Frontières (RSF). "Nous continuerons à enquêter davantage pour nous assurer que son assassinat est lié à son travail", a déclaré Balbina Flores, la directrice de RSF au Mexique.

Le Mexique fait partie des pays les plus dangereux pour la presse, avec plus de 100 journalistes tués depuis 2000 sur fond de violences liées au trafic de drogue et à la corruption politique. En 2018, dix journalistes avaient été assassinés dans différentes régions du pays. La plupart de ces crimes restent impunis.

Vous êtes à nouveau en ligne