VIDEO. Brésil : six chiffres pour comprendre la déforestation en Amazonie

Avec la sécheresse, les opérations de déforestation sont considérées comme la cause principale des incendies qui ravagent actuellement une partie de l'Amazonie au Brésil.

C'est un écosystème précieux, d'une superficie de 5,5 millions de km2, mais qui aujourd'hui suffoque. Mardi 27 août, 1 044 nouveaux feux ont éclaté dans l'ensemble du Brésil, dont plus de la moitié en Amazonie, d'après l'Institut national de recherche spatiale (INPE). Le nombre d'incendies dans le pays depuis janvier n'a jamais été aussi élevé en neuf ans, a alerté cet organisme. 

De nombreux chercheurs, ainsi que des organisations de protection de l'environnement, dressent un lien direct entre les incendies actuels et la déforestation au Brésil, elle aussi en nette hausse. Si bien que le président brésilien lui-même, Jair Bolsonaro, est quelque peu revenu sur son discours d'encouragement, a minima de laisser-faire, sur la déforestation. Mercredi 28 août, le chef d'Etat a signé, tard dans la soirée, un décret interdisant tout brûlis agricole dans l'ensemble du Brésil, et ce pour une période de 60 jours. Ce système, qui défriche les terres par le feu, est considéré comme un facteur clé dans la multiplication des incendies.

Franceinfo vous explique six chiffres pour comprendre ce phénomène de déforestation au Brésil – et ses conséquences. 

L'équivalent de cinq Sao Paulo détruits

En cinquante ans, près d'un cinquième de la forêt amazonienne – 17% – a disparu, d'après le WWF. Des zones gigantesques ont été défrichées, notamment pour permettre le développement de l’élevage de bétail dans l'Amazonie brésilienne.

Et ce phénomène s’accentue. Au mois de juillet, 2 254 km2 de zones forestières ont été déboisées, contre moins de 600 km2 en juillet 2018, selon l'Institut national de recherche spatiale (INPE) brésilien. La déforestation a ainsi presque quadruplé en un an, augmentant de 278%. 

Au total, l'Amazonie a perdu 7 536 km2 de forêt en un an, entre août 2017 et juillet 2018, a récemment relevé l'INPE. C'est cinq fois la taille de Sao Paulo (Brésil), l'une des villes les plus peuplées au monde. Et l'équivalent de près d'un million de terrains de football. 

Le "puits de carbone" menacé

En proie à une déforestation effrénée, la forêt amazonienne se réduit et perd peu à peu son rôle de "puits de carbone". Chaque année, les opérations de déforestation émettent 340 millions de tonnes de carbone en pleine forêt amazonienne, précise le WWF. De quoi affaiblir le pouvoir de "réservoir" de CO2 de l'écosystème. Sans compter qu'avec la sécheresse et l'élévation des températures, le taux de mortalité des arbres augmente. 

Entre les années 1990 et 2015, les capacités de stockage du CO2 de la forêt ont ainsi été divisées par deux, relève une étude publiée dans la revue Nature. L'Amazonie absorbe encore 14% du CO2 mondial, mais pour combien de temps ? 

Vous êtes à nouveau en ligne