Algérie : Bouteflika officialise sa candidature à un 4e mandat

(Louafi Larbi Reuters)

Au pouvoir depuis 1999, victime d'un accident vasculaire cérébral en avril dernier, âgé de 76 ans, Abdelaziz Bouteflika est donc candidat à sa propre succession. Le président algérien a officiellement fait acte de candidature à un quatrième mandat présidentiel lors de l'élection d'avril auprès du ministère de l'Intérieur, annonce ce samedi l'agence officielle de presse APS.

"Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a fait procéder au dépôt de sa lettre d'intention et au retrait, auprès du ministère de l'Intérieur et des collectivités locales, des formulaires de souscription de signature individuelle pour les candidats à l'élection présidentielle " annonce l'agence APS.

Un peu plus tôt, c'est le Premier ministre algérien qui avait annoncé cette candidature. Lui-même s'exprimait après le patron du Front de
libération nationale, Amar Saïdani, qui avait indiqué qu'Abdelaziz Bouteflika
était le candidat de son parti.

L'occasion de s'opposer au patron du
Département de renseignement et de sécurité, le général Mohamed Médiene dit
Toufik, qui serait opposé à un quatrième mandat du président algérien :

"Nous,
au FLN, on veut que le général Toufik cesse de s'immiscer dans les affaires du
parti. En fait, il n'est pas en position de dire oui ou non à la candidature du
président Bouteflika à la présidentielle."
 

Une candidature qui divise

Mardi
dernier, le président algérien est lui-même intervenu pour dénoncer des
tentatives de "déstabilisation " visant la présidence et
l'armée qui font croire, selon lui, que l'institution militaire est en proie à
des divisions : "Les conflits fictifs entre les structures de
l'Armée nationale populaire (ANP) relèvent d'un processus de déstabilisation
bien élaboré par tous ceux que le poids de l'Algérie et son rôle dans la région
dérangent."

L'année
dernière, Abdelaziz Bouteflika a été hospitalisé trois mois en France
après un AVC.

Vous êtes à nouveau en ligne