Algérie : Bouteflika candidat, sa santé ne le "disqualifie pas"

(Zohra Bensemra Reuters)

Candidat à l'élection présidentielle du 17 avril prochain, le président algérien sortant Abdelaziz Bouteflika estime, dans une lettre aux Algériens, que ses ennuis de santé "ne semblent pas [le] disqualifier" aux yeux des électeurs. En lice pour un quatrième mandat consécutif, il promet également des réformes constitutionnelles s'il est élu.

"Les difficultés liées à ma santé ne semblent pas me disqualifier à vos yeux ou plaider en faveur de ma décharge des lourdes responsabilités qui ont eu raison d'une bonne partie de mes capacités ", écrit Abdelaziz Bouteflika dans une lettre aux Algériens, publiée par l'agence APS. Le vieux président, âgé de 77 ans, répond ainsi à la contestation d'une partie des électeurs qui ne voient pas d'un bon oeil sa nouvelle candidature au poste suprême, le 17 avril prochain.

Au pouvoir depuis 15 ans, en lice pour un quatrième mandat, et surtout victime de graves problèmes de santé depuis plusieurs années - notamment un accident cérébral lorsqu'il était hospitalisé à Paris -, Bouteflika ne veut pourtant pas laisser la main. Dans sa lettre, il affirme que c'est le peuple qui lui a demandé de se porter candidat, et "il (lui) coûterait de rester sourd à (ses) appels ". Le chef de l'Etat algérien n'est plus apparu en public depuis de longs mois, alors que la campagne présidentielle officielle débute ce dimanche en Algérie.

Enfin, Abdelaziz Bouteflika ne fait pas que se poser en recours du peuple dans cette lettre. Il promet aussi des réformes si jamais il était réélu, "qui répondront aux attentes et espoirs du peuple [...] au moyen d'une réforme constitutionnelle ".