Ahmadinejad devant l'Assemblée de l'Onu

Ahmadinejad devant l\'Assemblée générale de l\'Onu (23 septembre 2009)
Ahmadinejad devant l'Assemblée générale de l'Onu (23 septembre 2009) (© AFP/Stan HONDA)

Le président iranien a accusé mercredi Israël de mener des "politiques inhumaines" dans les territoires palestiniens

Le président iranien a accusé mercredi Israël de mener des "politiques inhumaines" dans les territoires palestiniensLe président iranien a accusé mercredi Israël de mener des "politiques inhumaines" dans les territoires palestiniens

Mahmoud Ahmadinejad a également appelé à "l'éradication de la course aux armements et l'élimination de toutes les armes nucléaires, chimiques et biologiques.

Plusieurs délégations, dont la française et l'américaine, ont quitté mercredi soir la salle de l'Assemblée générale de l'ONU afin de protester contre le discours du président iranien.

"Notre nation est prête à serrer toutes les mains qui se tendrons vers nous", a-t-il ajouté dans son intervention, moins polémique que celles de ses précédents passages à la même tribune. Il n'a rien dit du programme nucléaire de son pays. Sur ce sujet, Ahmadinejad s'est borné à dire que l'Iran défendait son "droit légitime et légal", une formule qu'il emploie fréquemment à propos du droit à l'énergie nucléaire.

Sans surprise, son discours a surtout suscité des réactions lorsqu'il s'en est pris à Israël, cible récurrente des dirigeants de la république islamique.

"Comment peut-on imaginer que leur politique inhumaine en Palestine se poursuivra ? Comment les crimes de l'occupant contre des femmes et des enfants sans défense, les destructions de maisons, de fermes, d'hôpitaux, d'écoles, peuvent-ils être soutenus sans conditions par certains gouvernements ?", a poursuivi le dirigeant iranien.

"Il n'est plus acceptable qu'une petite minorité domine la politique, l'économie et la culture de la majeure partie du monde grâce à ses réseaux complexes, qu'elle établisse une nouvelle forme d'esclavage et nuise à la réputation d'autres nations, y compris des pays européens et des Etats-Unis, afin de satisfaire ses ambitions racistes", a-t-il ajouté. Plusieurs délégations, dont celle des Etats-Unis, ont quitté la salle au moment où Ahmadinejad prononçait ces paroles qui désignaient manifestement les Juifs.

Lire aussi :

Vous êtes à nouveau en ligne