Cyclone Idaï : le pire reste à venir

France 3

Pour surveiller la situation au Mozambique et au Zimbabwe, l'association "Solidarité International" utilise ses propres relais. Mais que disent-ils de la situation ?

"Des récits insoutenables", voilà comment Thierry Benlahsen, directeur des opérations de "Solidarité International", décrit la situation au Mozambique et au Zimbabwe, après le passage du cyclone Idaï il y a une semaine. "Très peu d'informations permettent de valider le bilan que l'on a aujourd'hui. On parle de 242 morts, la réalité c'est que l'on ne sait pas trop."

Bientôt des maladies ?

Il s'agit quoi qu'il en soit d'une crise majeure et historique pour le pays d'Afrique australe. Le pire est peut-être à venir. "Des dizaines de milliers de personnes n'ont pas accès à l'eau depuis plusieurs jours. Le compte à rebours commence parce qu'on va avoir des personnes qui vont mourir de déshydratation", alerte Thierry Benlahsen. Parallèlement, des maladies liées aux eaux impropres pourraient se propager dans les prochaines semaines.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne