VIDEO. Saint-Louis du Sénégal est menacée par la montée des eaux.

GERARD GRIZBEC et FEREDRIC RANC - FRANCE 2

Au niveau de la capitale coloniale de l'ancienne Afrique occidentale française, la mer s'est engouffrée dans le continent avec une brèche qui est passée de quatre mètres à cinq kilomètres en dix ans. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Saint-Louis du Sénégal, deuxième ville du pays, ancienne capitale de l'Aéropostale qui a vu passé les plus grands dont Antoine de Saint-Exupéry, mais aussi capitale coloniale de l'ancienne Afrique occidentale française, est menacée par la montée des eaux. Saint-Louis aura les pieds dans l'eau si rien n'est fait dans une dizaine d'années. La ville, située à l'embouchure du fleuve Sénégal, a vu la mer avancer dans le continent de 300 mètres depuis 1930.

Les pêcheurs, environ 4 000 équipages de pêche artisanale qui constitue l'économie principale de la ville côtière, se rendent bien compte qu'il faudrait aller vivre plus loin dans le continent. Pour lutter contre la montée des eaux du fleuve Sénégal qui menaçait aussi la ville, les autorités avaient ouvert une brèche le long du lieu-dit la Langue de Barbarie. Il y a dix ans, cette brèche était de quatre mètres pour permettre au trop-plein du fleuve de se déverser dans l'océan Atlantique. C'est la mer qui s'est engouffrée dans le continent avec une brèche agrandie, qui est actuellement de cinq kilomètres.

Vous êtes à nouveau en ligne