VIDEO. Ouganda : un débat parlementaire sur la fin de la limite d'âge pour être élu président tourne au pugilat

REUTERS

Le parti au pouvoir souhaite supprimer la limite d'âge pour être élu président, ce qui permettrait au chef de l'Etat, Yoweri Museveni, de briguer un sixième mandat en 2021.

Bagarre générale à l'Assemblée nationale ougandaise, mardi 26 septembre. Des députés de l'opposition et de la majorité en sont venus aux mains alors que le parti au pouvoir incitait les parlementaires à supprimer la limite d'âge pour être élu président.

Cris, coups de poing, chaises qui volent… La tension palpable dans l'hémicycle s'est muée en violence lorsque le chef du groupe parlementaire d'opposition (Forum pour le changement démocratique), dont de nombreux élus portaient des bandeaux rouges en signe de protestation, a accusé un ministre de l'avoir menacé et d'avoir apporté un pistolet au Parlement.

La Constitution ougandaise impose aux candidats au poste de président d'être âgés de 35 à 75 ans. Une modification de cette dernière permettrait à Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986 et âgé de 73 ans, de se présenter en 2021 pour un sixième mandat consécutif.

De nouvelles empoignades mercredi

La séance a été suspendue et les débats ont repris mercredi. L'Assemblée a adopté mercredi soir une motion autorisant un député du parti au pouvoir, le Mouvement de résistance nationale (NRM), à présenter un projet de loi visant à amender la Constitution. Le vote a eu lieu après que les députés de l'opposition eurent quitté l'hémicycle en signe de protestation.

Pour que cette modification soit effective, le projet de loi devra être débattu puis adopté à la majorité des deux tiers lors de deux votes distincts espacés d'au moins quatorze jours. Aucune date n'a été fixée.

La séance de mercredi a également donné lieu à des scènes de violences lorsque la présidente de l'Assemblée a annoncé la suspension de 25 députés pour les échauffourées de mardi.

Vous êtes à nouveau en ligne