VIDEO. Musée Tervuren : l’art de décoloniser

Les conservateurs du Musée royal de l’Afrique centrale, à Tervuren, sont inquiets : restituer son patrimoine au Congo serait un tremblement de terre. La communauté congolaise, elle, dénonce le pillage du pays et réclame justice. Un reportage d'"Avenue de l'Europe".

Le Musée royal de l’Afrique centrale, le plus grand musée d’art africain au monde, se trouve à côté de Bruxelles, à Tervuren. Il présente des collections d’une valeur inestimable. "Avenue de l’Europe" a pu pénétrer dans ce palais en pleins travaux, qui prépare sa réouverture, prévue en décembre 2018.

Les transformations en cours ne sont pas seulement destinées à rajeunir ce vieux palais, mais surtout à repositionner le musée. Il s'agit d'atténuer aurtant que possible son caractère colonial. Comment décoloniser un musée colonial ? Un vrai défi pour tous les experts qui ont travaillé sur le sujet.

Une montée du ressentiment envers Léopold II

Colonisation... c'est toujours le mot qui dérange. Le sujet qui divise de plus en plus la Belgique, c'est le rôle de Léopold II au Congo. Dans les milieux d'origine congolaise, le ressentiment monte à l'égard de celui qui fit de son royaume un empire colonial, en exploitant le caoutchouc sur un territoire 80 fois plus grand que la Belgique... et dans des conditions souvent inhumaines. 

Dans le quartier africain de Matongé, à Bruxelles, les jeunes veulent que l'on tienne compte de leur histoire. Les esprits s’échauffent dans la communauté congolaise, qui dénonce le pillage du pays et réclame justice haut et fort. Au musée de Tervuren, reconnu dans le monde entier, les conservateurs sont inquiets : restituer son patrimoine au Congo serait un tremblement de terre. 

Un reportage de Geneviève Roger, Nathalie Berthier et Steven Pichavant diffusé dans "Avenue de l'Europe" le 17 octobre 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne