VIDEO. Malgré la crise politique, Adama Barrow a prêté serment comme président de la Gambie

Adama Barrow prête serment comme nouveau président de la Gambie, jeudi 19 janvier 2017, à Dakar (Sénégal).
Adama Barrow prête serment comme nouveau président de la Gambie, jeudi 19 janvier 2017, à Dakar (Sénégal). (RTS)

La cérémonie s'est déroulée à Dakar (Sénégal) et non en Gambie, car le président sortant, Yahya Jammeh, refuse de quitter le pouvoir. Les puissances africaines se préparent à intervenir militairement.

Adama Barrow a prêté serment en tant que nouveau président de la Gambie, jeudi 19 janvier. Mais la cérémonie s'est déroulée à Dakar, capitale du Sénégal, car son prédécesseur Yahya Jammeh refuse toujours de quitter le pouvoir, malgré la fin de son mandat.

"C'est un jour qu'aucun Gambien n'oubliera jamais", a déclaré le nouveau président, lors de son discours d'investiture à l'ambassade de Gambie. "Notre drapeau national flottera parmi ceux des nations les plus démocratiques du monde", ajoute ce message sur Twitter.

Adama Barrow a prêté serment devant le président de l'Ordre des avocats gambien, Sheriff Tambadou, en présence de nombreux responsables d'organisations internationales et régionales.

La cérémonie a été diffusée sur "deux écrans géants (...) installés devant l'ambassade" aux locaux trop exigus pour accueillir une assistance importante, précise Dakar. Elle a été retransmise sur la chaîne publique sénégalaise RTS, qui a mis son signal à disposition d'autres télévisions et radios.

Yahya Jammeh a déposé des recours

Cette cérémonie a été délocalisée car le président sortant, Yahya Jammeh, refuse de laisser son siège, malgré sa défaite à la présidentielle du 1er décembre. Au pouvoir depuis le putsch de 1994, ce dernier a d'abord reconnu les résultats, avant d'affirmer que le scrutin avait été truqué et de déposer des recours. Son mandat a officiellement expiré mercredi à minuit. Mais pour l'heure, rien n'y fait.

Une foule massée devant l\'ambassade gambienne à Dakar (Sénégal), jeudi 19 janvier 2017.
Une foule massée devant l'ambassade gambienne à Dakar (Sénégal), jeudi 19 janvier 2017. (REUTERS)

Alors qu'Adama Barrow prêtait serment au Sénégal, l'armée nigériane a effectué des vols de reconnaissance au-dessus de Banjul, la capitale gambienne. "Nous pensons que [Yahya Jammeh] est en train de revoir sa position, il pourrait se retirer", a indiqué Ayodele Famuyiwa, porte-parole de l'armée de l'air, "mais nos troupes sont prêtes et elles sont là pour faire appliquer le mandat" de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

>> Quatre questions sur la crise en Gambie et la possible intervention militaire africaine

Les puissances de la région s'activent. Des troupes sénégalaises sont prêtes à intervenir et le Ghana a donné son accord pour déployer 205 militaires si besoin. Le Conseil de sécurité de l'ONU, lui, doit voter sur un projet de résolution présenté par le Sénégal, afin de soutenir une éventuelle intervention militaire des pays de la Cédéao.