VIDEO. Libye : le procès de fils et proches de Kadhafi ajourné au premier jour

REUTERS et APTN

Le procès qui s'est ouvert lundi matin à Tripoli a été ajourné au 27 avril, en raison de l'absence de plusieurs accusés, dont l'un des fils Kadhafi, Saïf al-Islam.

Vingt-trois proches de Mouammar Kadhafi sont jugés, à partir de lundi 14 avril à Tripoli, pour leur rôle dans la répression meurtrière de la révolte de 2011 en Libye. A peine ouvert, le procès a été ajourné au 27 avril, en raison de l'absence de plusieurs accusés, dont l'un des fils Kadhafi, Saïf al-Islam.

Les accusés qui doivent comparaître sont au nombre de 37, et seuls 23 étaient présentés devant la cour pénale de Tripoli, lundi. Ni Saadi Kadhafi, ni Saïf al-Islam, deux des fils de Mouammar Kadhafi, n'étaient présents dans le tribunal de la prison Al-Hadba, contrairement au chef des services secrets de l'ancien régime, Abdallah al-Senoussi, notamment.

Les milices incontrôlables en Libye

Outre Abdallah al-Senoussi, figurent notamment dans le box des accusés l'ancien Premier ministre Baghdadi al-Mahmoudi, l'ancien chef de la diplomatie Abdoul Ati Al-Obeïdi et un ancien responsable du renseignement Bouzeïd Dorda. Les accusés sont poursuivis pour des charges allant de la corruption à des crimes de guerre liés aux morts survenues en 2011.

Depuis le renversement de Mouammar Kadhafi, le gouvernement actuel peine à imposer son autorité aux différentes brigades qui refusent de renoncer à leurs armes. Saïf al-Islam, longtemps considéré comme l'héritier politique de son père, est détenu par une milice de Zentane, ville de l'ouest du pays, qui refuse de le livrer au gouvernement central depuis sa capture en novembre 2011.

Vous êtes à nouveau en ligne