VIDEO. Au Burundi, des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre

REUTERS

Une tentative de coup d'Etat était en cours dans le pays, mercredi 13 mai. 

Un haut gradé de l'armée burundaise a annoncé, mercredi 13 mai, la destitution du président Pierre Nkurunziza. La candidature de ce dernier à un troisième mandat lors de l'élection présidentielle du mois prochain provoque, depuis près de trois semaines, une crise politique sanglante au Burundi. Dans la capitale, Bujumbura, les affrontements se poursuivent entre manifestants et forces de l'ordre. Plus de 20 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations, le 26 avril.

"Une plaisanterie", selon un conseiller du président

Le général Godefroid Niyombaré a déclaré : "Le président Nkurunziza est limogé, son gouvernement aussi." Une "plaisanterie", selon un conseiller du président, qui dément qu'un coup d'Etat soit en cours contre le dirigeant burundais, qui se trouvait mercredi en Tanzanie pour un sommet des dirigeants est-africains sur la crise en cours.

Des soldats ont parallèlement pris position autour du bâtiment de la radiotélévision publique à Bujumbura, dont ils interdisent l'accès, rapporte un journaliste de Reuters.

Vous êtes à nouveau en ligne