Un voilier intercepté par des pirates somaliens : deux Français à bord

(Radio France © France Info)

On les présente comme les eaux les plus dangereuses au monde. Un bateau de plaisance a été intercepté au large des côtes somaliennes - hier soir selon toute vraisemblance.

Le voilier croisait au large des côtes somaliennes - dans une zone réputée comme l'une des plus dangereuses au monde. Et ça n'a pas manqué : des pirates s'en sont emparés. C'est du moins ce qu'annoncent plusieurs sources somaliennes cet après-midi : un ministre de la région, et le directeur du Programme d'assistance au marins en Afrique de l'Est. Le Quai d'Orsay confirme.

“Nous avons reçu des informations crédibles rapportant qu'un bateau
a été intercepté (par des pirates) dans la zone du golfe d'Aden et qu'il se dirige vers le village côtier d'Eyl”, explique le ministre des Ressources naturelles du Puntland - une région semi-autonome de Somalie.
_ Eyl, situé à environ 400 km au sud-est de Bosasso, capitale économique du Puntland, est fréquemment utilisé comme base par les pirates pour y garder des bateaux pris en otage.

Le voilier serait immatriculé au Vénézuela, mais il appartiendrait à un Français. Le 'Carré d'as' serait, de source proche du dossier, un voilier de plaisance, long de 16 mètres.
_ L'attaque aurait eu lieu, selon cette source, hier à 18h locales (17h heure de Paris).

Le ministère français des Affaires étrangères précise qu'il y a deux Français à bord. Il “condamne fermement cet acte de piraterie et appelle à la libération immédiate des personnes retenues sur ce voilier. Notre première préoccupation est la sécurité de nos compatriotes.”
_ Le centre de crise du ministère a été activé dès ce matin.

On n'en saura pas beaucoup plus... Le communiqué ne donne pas de précisions supplémentaires sur l'équipage du voilier, ni sur le moment, le lieu exact ou les
circonstances de cet acte de piraterie. Le ministère souligne “qu'en la matière la discrétion est indispensable à l'efficacité de son action”.

Une chose est sûre, les attaques de pirates se multiplient dans la région. Selon le Bureau maritime international (BMI), il y en a eu pas moins de 24 depuis le début de l'année ; chacun a encore en mémoire l'épopée du Ponant, au printemps dernier...

Guillaume Gaven, avec agences

Vous êtes à nouveau en ligne