Tunisie : au moins douze morts dans un attentat contre un bus de la sécurité présidentielle

(? ZOUBEIR SOUISSI / REUTERS / X02856)

L'explosion d'un bus de la sécurité présidentielle mardi 24 novembre, en plein centre de Tunis, a provoqué la mort d'au moins douze personnes et fait seize blessés, selon le ministère de l'Intérieur tunisien.

Un bus de la sécurité présidentielle a explosé mardi 24 novembre, en plein centre de Tunis (Tunisie), sur l'avenue Mohamed-V. Il y a au moins douze morts et seize blessés, selon le ministère de l'Intérieur tunisien cité par les agences AFP et Reuters.

Le porte-parole de la présidence, Moez Sinaoui, a déclaré qu'il s'agissait d'"un attentat". Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a décrété l'état d'urgence pour trente jours et un couvre-feu dans le Grand Tunis de mardi soir 21 heures à mercredi 5 heures.

La cause de l'explosion encore inconnue

La nature exacte de l'attaque n'est pas connue pour le moment. Les sources proches de la sécurité et de la présidence qui ont confirmé l'explosion ont dit ignorer si une bombe en était à l'origine ou si un projectile avait été tiré en direction du bus. Des ambulances ont afflué sur les lieux et les forces de sécurité ont rapidement bouclé le secteur.

"La plupart des agents qui se trouvaient dans le bus sont morts", a déclaré une source de sécurité sur place à l'Agence France-Presse. Le ministère de l'Intérieur n'était pas en mesure de préciser combien de personnes se trouvaient à bord du véhicule.

La Tunisie avait déjà été la cible de deux attaques particulièrement meurtrières cette année, qui avaient visé le secteur touristique, l'un des piliers de l'économie nationale. En mars, plusieurs individus avaient tué 21 touristes au musée national du Bardo, à Tunis. En juin, un tireur avait abattu 38 étrangers sur une plage et dans un hôtel de Sousse.

Vous êtes à nouveau en ligne