Tunisie : ce que l'on sait de l'attaque au musée du Bardo

Les forces spéciales ont investi le musée du Bardo, où se sont retranchés les présumés terroristes.
Les forces spéciales ont investi le musée du Bardo, où se sont retranchés les présumés terroristes. (FETHI BELAID / AFP)

L'attentat a fait au moins 19 morts, dont 17 touristes étrangers, en plus de deux assaillants. Le ministère de l'Intérieur tunisien a annoncé que l'attaque était terminée.  

Une attaque menée au musée du Bardo, à Tunis (Tunisie), a fait 19 morts, dont 17 touristes étrangers, selon le dernier bilan du Premier ministre tunisien, mercredi 18 mars. D'après lui, un policier et un chauffeur de bus tunisiens ont également été tués. L'intervention des forces de l'ordre contre les terroristes a aussi abouti à la mort de deux assaillants.

>> Suivez notre direct sur l'attaque du musée du Bardo

Comment a été mené l'assaut ?

L'attaque, menée contre le musée du Bardo à Tunis, à proximité du Parlement, a été conduite par au moins deux hommes armés de kalachnikovs, a précisé le ministère de l'Intérieur. Le Premier ministre tunisien, Habib Essid, a expliqué que les assaillants, vêtus selon lui d'uniformes militaires, avaient ouvert le feu sur les touristes alors que ces derniers descendaient de leurs bus puis les avaient pourchassés à l'intérieur. Les touristes en panique se sont alors réfugiés dans le bâtiment mais ont été poursuivis par un ou plusieurs assaillants.

Vers 14h30, des touristes ont été filmés en cours d'évacuation, tandis que des forces spéciales avaient investi le musée. "Des dizaines d'ambulances ont été déployées devant le musée et plusieurs blessés évacués sur des brancards", explique Mohamed Haddad, correspondant de Reuters contacté par francetv info. "Les forces de l'ordre et les secours sont rentrés dans le musée. L'armée et trois hélicos militaires ont été déployés dans le quartier."

AP

Une heure plus tard, un responsable gouvernemental a annoncé la fin de l'opération, avec la mort de deux assaillants et l'évacuation des personnes encore retenues dans l'établissement.

Quel est le bilan ?

Dix-sept touristes étrangers ont péri dans l'attaque du musée du Bardo, a annoncé mercredi soir le Premier ministre tunisien. Habib Essid a parlé à la télévision nationale "d'une situation définitive".

François Hollande a confirmé, tard dans la soirée de mercredi, la mort de deux Français dans cette attaque. Sept Français sont blessés, dont un grièvement. Tous les blessés ont été admis dans plusieurs hôpitaux de la ville et certains ont reçu la visite du président tunisien, Béji Caïd Essebsi.

Le Parlement était-il visé ?

Les députés discutaient justement d'une loi antiterroriste au moment de l'attaque, mais celle-ci n'a pas visé le Parlement. Les élus ont été évacués sans encombre. On ignorait, quelques minutes après la fin de l'opération, si les assaillants avaient des complices.

Quelles sont les réactions ?

"C'est une guerre de longue haleine. Nous devons tous défendre notre pays qui se trouve actuellement en danger. Cette période est cruciale pour notre pays", a réagi le Premier ministre tunisien, Habib Essid. Après l'attaque, François Hollande a exprimé la "solidarité de la France" avec la Tunisie, lors d'une brève conversation téléphonique avec son homologue tunisien, Béji Caïd Essebsi.

"La France et la Tunisie agissent ensemble pour lutter contre le terrorisme", a également souligné le Premier ministre Manuel Valls, tout en précisant que le centre de crise des Affaires étrangères françaises était pleinement mobilisé.

Vous êtes à nouveau en ligne