Tunisie : l'héritage égalitaire homme/femme en débat

France 3

En Tunisie, le projet de réforme de l'héritage fait sensation. Il prévoit que les femmes puissent hériter autant que les hommes. Le sujet divise.

Le quotidien de ces paysannes tunisiennes d'El Khadhra est immuable. Dès l'aube, courbées en deux, elles ramassent les piments. Les terres appartiennent à Nourreddine Dahrhi qui les a héritées de son père. Ses deux sœurs travaillent sur l'exploitation comme de simples journalières. L'une d'elles trouve ça normal.

Les islamistes ont hésité

Dans les campagnes, la tradition veut que tout revienne aux garçons. Théoriquement pourtant, la femme tunisienne a droit à sa part, la moitié de celle de l'homme, selon le Coran. Dans cet univers traditionnel, l'éventualité d'un partage égalitaire entre sexes suscite au mieux l'incompréhension. "Cette loi est faite pour les bourgeois, ceux qui ont des millions, des usines des hôtels. Elle n'est pas faite pour nous les agriculteurs", affirme Nourreddine Dahrhi.

En réalité, le clivage est plus complexe. Il suscite depuis des mois des débats passionnés dans toute la société en Tunisie. La place du Coran est au cœur des discussions. Dans une entreprise d'ingénierie informatique à Tunis, où les femmes occupent la plupart des postes à responsabilité, le projet ne fait pas l'unanimité, même si la majorité y est favorable. Au Parlement, la question divise les partis. La base du parti islamiste, associé au pouvoir, s'y est dit opposé, rendant l'adoption du projet de loi plus incertaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne