Mustapha Ben Jaafar élu président de l’Assemblée constituante tunisienne

Mustapha Ben Jaafar (à gauche), nouveau président de l\'Assemblée constituante tunsienne, et Moncef Marzouki (à droite), chef du parti du Congrès pour la République, le 22 novembre 2011 à Tunis (Tunisie).
Mustapha Ben Jaafar (à gauche), nouveau président de l'Assemblée constituante tunsienne, et Moncef Marzouki (à droite), chef du parti du Congrès pour la République, le 22 novembre 2011 à Tunis (Tunisie). (FETHI BELAID / AFP)

L'Assemblée constituante tunisienne s'est réunie pour la première fois, mardi, élisant à sa tête un homme de gauche, Mustapha Ben Jaafar.

Plus de dix mois après le départ de Ben Ali, la Tunisie a élu mardi 22 novembre Mustapha Ben Jaafar à la tête de l'Assemblée constituante, lors de la première séance de l'Assemblée constituante.

Cet homme de gauche, dirigeant du parti Ettakatol, l'a remporté face à Maya Jribi, la dirigeante du parti démocrate progressiste.

Premières promesses

"Pour moi, les objectifs de la révolution se résument en la rupture avec le système totalitaire qui n'a pas encore disparu (...) La Tunisie se trouve à un tournant crucial de son histoire", a déclaré Ben Jaafar juste avant le vote.

"Je serai fidèle à la grande révolution tunisienne, fidèle à ses objectifs quoiqu'il m'en coûte", a-t-il promis. 

Exigence des Tunisiens

Cette première séance a aussi été consacrée à la formation de deux commissions chargées respectivement de concevoir le règlement intérieur de la Constituante et la gestion des affaires courantes de l'Etat.

Dans le même temps, plusieurs milliers de Tunisiens ont protesté devant le siège de l'Assemblée constituante. Ils exigent que les aspirations du peuple tunisien soient "traduites dans la nouvelle Constitution et visibles dans les futures décisions et lois de l'Assemblée", selon une manifestante citée par Afriqinfos.

Vous êtes à nouveau en ligne