Des milliers de Tunisiens rendent un dernier hommage à leur président

Des Tunisiens réunis autour du cortège funéraire de Beji Caid Essebsi, le 27 juillet 2019, à Tunis.
Des Tunisiens réunis autour du cortège funéraire de Beji Caid Essebsi, le 27 juillet 2019, à Tunis. (KHALED NASRAOUI / DPA / AFP)

La foule a salué le cortège funèbre du défunt président tout le long d'un parcours d'une vingtaine de kilomètres.

Un émouvant moment d'unité nationale en Tunisie. Des milliers de personnes ont accompagné, samedi 27 juillet, le président Béji Caïd Essebsi, mort à l'âge de 92 ans, jusqu'à sa dernière demeure. Brandissant des drapeaux et entamant l'hymne national sous un soleil de plomb, la foule a salué le cortège funèbre tout le long de son parcours d'une vingtaine de kilomètres, du palais de Carthage au cimetière du Djellaz à Tunis.

"Je suis venue pour rendre hommage à son action en faveur des femmes", a souligné Farah, une architecte quadragénaire parmi la foule. Les policiers ont été déployés en force dans la capitale tunisienne pour ces funérailles nationales en présence de plusieurs dirigeants étrangers. Un hélicoptère a survolé le secteur. Premier président élu démocratiquement au suffrage universel en Tunisie, Béji Caïd Essebsi a été enterré aux côtés des membres de sa famille.

"Un homme d'Etat par excellence"

Une cérémonie officielle a réuni ses proches, de hauts responsables tunisiens et des dirigeants étrangers dont le président français Emmanuel Macron, le président palestinien Mahmoud Abbas, le Premier ministre libyen Fayez El Sarraj ou le président algérien par intérim Abdelkader Bensalah. Les présidents maltais et portugais, l'émir du Qatar, le roi d'Espagne, le prince Moulay Rachid du Maroc étaient également présents.

"C'était un homme d'Etat par excellence", a déclaré le président tunisien par intérim, Mohammed Ennaceur, 85 ans. Il était "soucieux de réussir la transition démocratique". "Dans des temps difficiles où l'obscurantisme menaçait (...) il a fait partie de ceux qui ont tenu avec courage pour une Tunisie éclairée, ouverte, tolérante, attachée aux valeurs universelles", a déclaré Emmanuel Macron.

La dépouille drapée aux couleurs de la Tunisie, a quitté le palais présidentiel entourée d'une vingtaine de cavaliers de l'armée en burnous d'apparat rouge. Le cercueil a été placé sur un camion militaire, précédé de motards. Des centaines de voitures ont emboité le pas au cortège funèbre. Des avions de l'armée de l'air ont survolé les lieux, lâchant un panache rouge et blanc, les couleurs de la Tunisie.

Vous êtes à nouveau en ligne