VIDEO. Manifestation en Tunisie après le meurtre d'un opposant

Mohamed Brahmi a été abattu de plusieurs balles devant son domicile, à Tunis. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans la capitale, exigeant la démission du gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahda.

L'assassinat d'un dirigeant de l'opposition provoque l'indignation en Tunisie. Mohamed Brahmi a été abattu de plusieurs balles devant son domicile, jeudi 25 juillet à Tunis. A l'annonce de sa mort, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans la capitale tunisienne, devant le ministère de l'Intérieur. Aux cris de "A bas le pouvoir islamiste !", la foule a exigé la démission du gouvernement dominé par le parti islamiste Ennahda.

Des milliers de manifestants sont également descendus dans les rues de Sidi Bouzid, berceau de la "Révolution de jasmin" de l'hiver 2010-2011. Les manifestants ont bloqué plusieurs artères de la ville, mis le feu à des pneus et incendié des bureaux d'Ennahda.

Un élu très critique envers Ennahda

Mohamed Brahmi était fondateur et ancien secrétaire général du Mouvement du peuple (Echaâb), une formation laïque et nationaliste. Membre de l'assemblée chargée d'élaborer la nouvelle Constitution, il n'avait pas ménagé ses critiques envers Ennahda. Selon des témoins, il a été abattu par deux hommes à moto devant chez lui alors qu'il descendait de voiture.

Le 6 février dernier, un autre responsable de l'opposition laïque, Chokri Belaïd, avait lui aussi été abattu devant son domicile dans la capitale tunisienne, probablement par un membre d'un groupe salafiste radical, selon la police. Sa mort avait provoqué à travers le pays les plus importantes manifestations depuis la chute de Ben Ali.

Vous êtes à nouveau en ligne