Tunisie : un nouveau Premier ministre désigné pour sortir le pays de la crise

Le ministre sortant de l\'Industrie Mehdi Jomaâ, le 25 juin 2013 à Tuni (Tunisie).
Le ministre sortant de l'Industrie Mehdi Jomaâ, le 25 juin 2013 à Tuni (Tunisie). (ANIS MILI / REUTERS)

Le ministre de l'Industrie Mehdi Jomaâ a été choisi, malgré les protestations d'une partie de l'opposition, pour former un gouvernement d'indépendants.

Les islamistes au pouvoir en Tunisie et l'opposition laïque ont fini par se mettre d'accord. A l'issue de deux mois d'un "dialogue national" chaotique, ils ont nommé l'actuel ministre de l'Industrie, Mehdi Jomaâ, au poste de Premier ministre, malgré les protestations d'une partie de l'opposition, samedi 14 décembre au soir.

Cet homme de 51 ans, ingénieur aéronautique de formation, n'a pas d'appartenance partisane déclarée et n'est que relativement peu connu du grand public. Il est censé prendre la tête d'un gouvernement intérimaire apolitique. Son futur rôle : expédier les affaires courantes et préparer de nouvelles élections, qui devraient avoir lieu début 2014.

Le choix du successeur du décrié Ali Larayedh à la tête du gouvernement s'inscrit dans le cadre d'un accord plus large, conclu jeudi. Il doit conduire le parti Ennahda, considéré comme une formation islamiste modérée, à rendre le pouvoir d'ici quelques semaines. De quoi, espèrent les Tunisiens, mettre fin à la crise politique aggravée par les assassinats des opposants Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.

Vous êtes à nouveau en ligne