1,5 million de touristes: la Tunisie annule la taxe de sortie pour les Algériens

La mer, une plage et des touristes à Mahdia (200 km au sud de Tunis) le 8 octobre 2012.
La mer, une plage et des touristes à Mahdia (200 km au sud de Tunis) le 8 octobre 2012. (AFP - DPA - Oliver Berg)

Les 30 dinars tunisiens (12,11 euros) exigés pour tout touriste quittant la Tunisie ne seront plus réclamés pour les Algériens. La mesure exaspérait les professionnels du tourisme et les frontaliers. Près de 1,5 million d’Algériens se sont rendus en Tunisie en 2015.


La ministre tunisienne des Finances Lamia Zribi a annoncé que la taxe de sortie du pays qui était payée par les citoyens Algériens a été supprimée. Les autorités des deux pays étaient soumises à une forte pression de leurs citoyens mais aussi des professionnels du tourisme. «L’Algérie est le premier marché émetteur de touristes, avec des prévisions de 1,7 million de visiteurs en 2016, contre près de 1.5 million en 2015», relève le quotidien La Presse. Or, la taxe de sortie de 30 dinars tunisiens était source de tensions.
 
«L’attention générale a porté ces derniers jours sur la polémique surgie à nos frontières avec l’Algérie. Objet: la taxe de 30 dinars que doit payer tout étranger quittant le territoire tunisien. Les autorités algériennes ont fermé, dimanche matin, le point de passage frontalier de Sakiet Sidi Youssef (gouvernorat du Kef) à la circulation des véhicules, après que des citoyens et notamment des professionnels algériens eurent manifesté pour bloquer la frontière. C’est la quatrième fois en l’espace de deux semaines que le poste frontalier algéro-tunisien de Betita, situé à 150 kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Tébessa, est fermé», se désolait, cet été, le journal.
 
Pour l’Office national du tourisme (ONTT), le marché algérien n’est pas un «marché de secours». Le nombre de touristes algériens est appelé à se développer. Les infrastructures hôtelières et hospitalières tunisiennes sont très prisées.
 
Réciprocité
L’Algérie, qui avait fini elle aussi par imposer une taxe aux ressortissants tunisiens, va devoir revoir sa position. «La décision tunisienne va provoquer automatiquement l’annulation de la mesure de réciprocité algérienne. En effet, selon l’avant-projet de Loi de finances 2017, l’Algérie compte appliquer le principe de réciprocité aux ressortissants étrangers dont les pays appliquent une taxe d’entrée ou de sortie aux Algériens», observe TSA.
 
Rush confirmé
«Le rush des Algériens vers la Tunisie durant la période estivale est désormais chiffré: 1,4 million de personnes sont passées par les frontières terrestres de l'est de l'Algérie durant la période allant du 21 juin au 20 septembre 2016», s’enthousiasme le Huffington Post. Un rush que les autorités tunisiennes entendent amplifier.
Vous êtes à nouveau en ligne