Dix enfants tués en Tanzanie : des meurtres qui pourraient être liés aux pratiques exercées contre les albinos

Forces de police tanzaniennes (ici en 2015 à Zanzibar).
Forces de police tanzaniennes (ici en 2015 à Zanzibar). (TONY KARUMBA / AFP)

Les autorités tanzaniennes ont déclaré que dix enfants enlevés en décembre ont été retrouvés morts. Les oreilles, les dents et les parties intimes des enfants ont été retirées et il leur manquait des membres, selon des informations données par ces dernières.

Les responsables du district de Njombe en Tanzanie ont précisé qu'au moins dix enfants âgés de deux à dix ans ont été retrouvés après avoir été tués par des inconnus depuis le début janvier 2019. "Les enfants, dont certains avaient à peine sept ans", avaient été enlevés chez eux en décembre dernier, précise CNN.  

"C'est la superstition et l'esprit de vengeance qui se trouvent derrière ces meurtres", a expliqué au journal tanzanien Mwananchi Christopher Sendeka, le gouverneur de Njombe. Une façon de laisser entendre que ce sont peut-être des enfants albinos qui ont été tués, même si les autorités affirment que "ces meurtres n'étaient pas des meurtres rituels liés aux albinos".

Le gouverneur a indiqué avoir ordonné aux instances compétentes de revoir les autorisations accordées aux guérisseurs traditionnels, soupçonnant certains d'entre eux d'être impliqués dans ces meurtres. 

L'albinisme touche une personne sur 1 500 en Tanzanie

La Tanzanie a l'un des taux d'albinisme les plus élevés au monde, avec une personne sur 1500. Il y a toujours un manque d'éducation et de tolérance et des albinos sont régulièrement tués pour leurs os et organes, lesquels sont vendus à des sorciers pour "des potions magiques", selon Amnesty International.

Ces pratiques ne sont pas nouvelles. Il n’existe pas de statistiques fiables sur ces pratiques, "mais le phénomène est répandu dans ce pays d’Afrique de l’Est. L’ONU estime que ces attaques ont coûté la vie à 75 personnes au moins en Tanzanie depuis 2000", écrivait le journal La Croix en 2015. Dans le même journal, l’anthropologue Marie-Aude Fouéré expliquait que "ces attaques sont liées à la sorcellerie. On attribue à leur corps, à leur peau blanche, à leurs mains, leurs pieds des pouvoirs magiques, comme un gri-gri qui permet d’obtenir pour soi, quelque chose que l’on recherche : gagner une élection, de l’argent."

"Depuis les années 1990, dans 27 pays d’Afrique, au moins 190 personnes atteintes d’albinisme ont été tuées et 300 attaquées, la plupart depuis 2008. L’épicentre de cette vague criminelle, qui inclut l’exhumation de cadavres, est la Tanzanie", affirme le magazine National Geographic.

Vous êtes à nouveau en ligne