Le photographe nomade Claude Iverné expose son Soudan à la Fondation HCB

La Fondation Henri Cartier-Bresson présente jusqu’au 30 juillet 2017 l’exposition de Claude Iverné, lauréat du Prix HCB en 2015, «Bilad es Sudan», le Pays des Noirs. Un nom donné par les conquérants omeyyades qui avaient la peau claire.

La première fois que le photographe, s’est rendu au Soudan - le plus grand pays d'Afrique avant d'être coupé en deux par la sécession du Sud en 2011 - remonte à 1999. Claude Iverné part suivre Darb al Arba'ïn, une ancienne piste transsaharienne qui reliait autrefois l’Egypte et le sultanat du Darfour.
 
A partir de cette expérience, il décide de documenter ce pays. Mais Iverné n’est pas qu’un photographe. A la fois vagabond, ethnologue, archiviste, écrivain, poète… Il veut ramener de ce pays complexe aux multiples ethnies et aux nombreux conflits des images différentes de celles relayées par la presse. Loin des clichés. Il désire montrer autre chose que les famines, les drames humanitaires ou les camps de réfugiés.
 
Tel un nomade, Iverné veut rester au plus proche de la vie, du quotidien. Ces photos minimalistes en noir et blanc, d’un gris sableux, traduisent ses sensations, restituent ses impressions face à ces paysages arides.
 
Christophe Ayad, journaliste au Monde, écrivait en 2012: «Il y a plus qu’une différence, un abîme, entre photographier l’Afrique et photographier en Afrique. Ce n’est pas une question de syntaxe, mais de point de vue. Claude Iverné (…) photographie en Afrique, c’est-à-dire à hauteur d’homme, d’égal à égal.»
 
En 2015, grâce à la bourse obtenue avec le Prix HCB, Iverné retourne au Soudan pour y photographier, cette fois-ci en couleur, le sud du pays. Mais la situation dangereuse dans laquelle est plongée cette région oblige le photographe à rentrer en France. Il décide alors de rencontrer des demandeurs d’asile, ce qui lui permet de clôturer ce périple soudanais entamé il y a près de vingt ans.
 
«J’aime bien les images qui ne se lisent pas tout de suite et qui se dévoilent peu à peu, pour laisser transparaître une idée cachée. D’ailleurs, c’est drôle, car certaines personnes ont remarqué comme un voile sur mes photographies, cette métaphore me plaît assez. Bien entendu, chacun peut y voir ce qu’il veut et a envie d’y trouver», conclut Iverné.
110
Vestiges d’une cafétéria. Jardin du 6 avril / Khartoum / Juin 2001 CLAUDE IVERNE – ELNOUR
210
Mnaïma Adjak. Peuple Shénabla / Clan Awasma / Dar Jawama / Kordofan Nord / Août 2001 CLAUDE IVERNE – ELNOUR
310
Ahmed Abdulah. Peuple Jawama /Clan Tidjamé / Paysan / Cueillette de gomme arabique / Edlbacha el Galab / Um Badr / Darfour Nord / Janvier 2002 CLAUDE IVERNE – ELNOUR
410
Chien naturalisé. Toshka / Dar Sukkott / Nubie / Février 2002 CLAUDE IVERNE – ELNOUR
510
Pyramide. Période méroïtique / Jebel Barkal / Dar Cheiguir / Nubie / Janvier 2004 CLAUDE IVERNE – ELNOUR
610
Maison de Fayçal Mohamed Jaber. Peuple Nouba Miri / Camp de populations déplacées Mayo" / Extension Mandela / Khartoum / Octobre 2005 CLAUDE IVERNE – ELNOUR
710
Chantier. Quartier Hai Jalaba / Juba / 2015 CLAUDE IVERNE – ELNOUR
810
Juba / Décembre 2015. Scène de rue + Ecole secondaire / Eglise adventiste du septième jour / Quartier Hai Kuwait CLAUDE IVERNE – ELNOUR
910
Cérémonie de remise de diplômes d’apprentis. Centre de formation Saint-Vincent-de-Paul / Sœur Emmanuelle / Quartier Lologo / Juba / Décembre 2015 CLAUDE IVERNE – ELNOUR
1010
Décembre 2016. Ahmad Ali Abdulgari / Peuple Bergo / Demandeur d'asile / Trégastel + Simulacre / Guy Roger Janda / Lycéen / Français / Evry CLAUDE IVERNE – ELNOUR
Vous êtes à nouveau en ligne