Somalie : le Français s'est "enfui sans violence"

(Radio France © France Info)

Désormais libre, l'agent français enlevé mi-juillet par des insurgés islamistes somaliens a raconté sur RFI s'être échappé sans violence. Une version qui contredit les informations de la police somalienne, selon laquelle il a tué trois de ses geôliers, mais confirme celles du ministère des Affaires étrangères français.

"Mardi soir, aux environs de minuit, j'ai profité du sommeil de mes geôliers fatigués par le ramadan. J'ai vu que ma cellule était mal fermée alors je me suis fait la belle sans violence", a déclaré sur RFI Marc Aubrière, ancien coopérant en sécurité.

"Si j'avais tiré un coup de feu, d'autres gardes m'auraient descendu", a expliqué l'ex-otage, qui a ensuite marché pendant cinq heures en se guidant avec les étoiles. "Mogadiscio la nuit est déserte et les seuls hommes que l'on croise sont armés. On m'a tiré dessus, j'ai couru, je me suis caché et par chance on m'a raté", a-t-il ajouté.

Tiré d'affaire, il espère que l'autre agent français enlevé en même temps que lui le 14 juillet à l'hôtel Sahafi de Mogadiscio puisse bientôt recouvrer la liberté.

Les deux hommes étaient en mission d'assistance pour les questions de sécurité auprès du gouvernement somalien selon la version du Quai d'Orsay.

Après six semaines de détention, Marc Aubrière dit qu'il est en bonne santé, qu'il a été bien traité et n'a "subi aucune torture, aucun simulacre d'exécution".

Vous êtes à nouveau en ligne