Une PME camerounaise récompensée pour ses serviettes hygiéniques réutilisables

Serviettes hygiéniques réutilisables
Serviettes hygiéniques réutilisables (SCIENCE PHOTO LIBRARY / R3F)

Le choix de Kmerpad, primée dans la catégorie internationale, illustre le combat pour le bien-être des femmes dans les pays en voie de développement.

Voilà 10 ans que l’association Finansol attribue son Grand prix de la finance solidaire. La finance solidaire c’est "faire fructifier son argent, tout en soutenant l'accès à l'emploi et au logement pour les personnes qui en sont exclues", explique Finansol. Cette année, le Grand prix international récompense une entreprise camerounaise, Kmerpad, qui fabrique et distribue dans le pays des serviettes hygiéniques réutilisables.

Un coût

Partout en Afrique, le problème est le même. Comment s'affranchir du prix exorbitant des protections périodiques ?  "Au Cameroun, un paquet de serviettes hygiéniques jetables coûte 600 francs CFA (0,90 euro) contre 3 000 francs CFA (4,50 euros) pour un kit de protections hygiéniques lavables. L'investissement s'avère donc rentable sur le long terme", explique l’Agence française de développement (AFD).

A cause de cela, les filles ont régulièrement recours au système D. Des pratiques souvent dangereuses pour la santé : des torchons, des feuilles, des morceaux de papier journal… nous explique la blogueuse Snaguertiga. La protection lavable permet de réduire l’impact financier et ainsi d’éviter ces dangereux plans B.

Un enjeu de santé publique

Malgré un taux d’accès important à l’éducation au Cameroun, les connaissances sur le cycle menstruel sont vagues, le sujet est tabou. Pour l’entreprise Kmerpad, il ne suffisait pas de produire et de distribuer ses produits. Il fallait également élaborer un programme de sensibilisation sur les bonnes pratiques en matière d’hygiène menstruelle. 4 400 personnes ont déjà été atteintes par ce programme, dans les écoles, les communautés et même les prisons.

Un handicap pour suivre une scolarité normale 

Selon l’Unicef, une jeune fille sur dix manque l’école en moyenne cinq jours durant ses règles. Ce qui au final constitue une absence de 60 jours par an, un handicap sévère pour suivre le programme.

En coton et réutilisable durant 18 mois, le produit mis au point par Kmerpad n’est pas en soi une nouveauté. D’autres pays d’Afrique ont déjà avancé sur la voie du réutilisable, mais aussi du jetable, comme le Makapad en Ouganda. Mais c’est clairement devenu un enjeu de société, y compris dans les pays développés. Depuis sa création en 2012, l’entreprise camerounaise a distribué près de 250 000 serviettes périodiques. Depuis juin 2019, le FADEV, une société d’investissement qui aide les PME à impact social, soutient la petite entreprise de Yaoundé. Kmerpad voudrait désormais distribuer ses produits dans toute l’Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale.

Vous êtes à nouveau en ligne