"Si je continue à penser à ce qui s’est passé, je vais devenir fou", témoigne James, un ex-enfant soldat au Soudan du Sud

James, un ancien enfant soldat, dans un  un camp de protection des civils au Soudan du Sud, le mardi 25 septembre 2018. 
James, un ancien enfant soldat, dans un  un camp de protection des civils au Soudan du Sud, le mardi 25 septembre 2018.  (© UNICEF/UN0272623/HOLT / © UNICEF/UN0272623/HOLT)

Depuis le déclenchement de la guerre civile au Soudan du Sud fin 2013, des milliers d’enfants ont été utilisés comme soldats par des groupes armés. Certains ont été sauvés par l’Unicef. Parmi eux, James, enlevé à l'âge de 14 ans qui s'est confié à l'organisation internationale.

Après l’école, James avait l’habitude d’aller pêcher à la rivière pour ramener à manger à la maison. Mais un jour, alors qu’il n’avait que 14 ans, des hommes armés l’enlèvent et le forcent à devenir soldat. Pendant six mois, il est obligé de se battre contre son propre peuple.

Je fermais les yeux à chaque fois que je devais tirer, je ne voulais toucher personne de mon villageJames, ex-enfant soldat au Soudan du SudPropos recueillis par l'Unicef

"La délivrance"

James obéissait aux ordres, mais n’était pas un bon soldat. Lors de combats, il est blessé à la jambe et donné pour mort. L'adolescent est abandonné. Il reste seul pendant deux jours. Il est retrouvé et transporté dans un hôpital de Juba. James ne retrouvera sa famille que trois ans plus tard. En juillet 2017, il revoit sa mère et ses frères et sœurs qui le croyaient mort. "Nous avions organisé des funérailles, sans corps à enterrer. Je n’ai pas pleuré, je refusais d’y croire", raconte sa mère.

Malgré ses souffrances, l'adolescent veut aller de l'avant. "J’ai essayé d’oublier tout ce qui est arrivé (…). Je veux m’améliorer. Grâce à l'aide de l'Unicef, j’ai appris à lire et à écrire, je veux devenir docteur", souligne aujourdhui le jeune homme qui s'inquiète pour sa famille. 

Plus de 19 000 enfants soldats

Selon l’Unicef qui s’emploie à sauver des enfants soldats, plus de 3 000 mineurs ont été libérés depuis le début du conflit. Rien qu'au Soudan du Sud, au moins 19 000 autres sont toujours utilisés par des groupes et forces armés. Un accord a été signé en septembre 2018 pour mettre fin à la guerre civile dans ce plus jeune Etat d’Afrique. Mais le conflit se poursuit et les belligérants continuent de recruter de nouveaux combattants, selon un rapport de l’ONU publié en septembre 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne