Maroc : au "moussem des fiançailles", les couples célèbrent collectivement leur mariage

Des jeunes femmes amazighes (berbères) posent pour un selfie lors de la saison annuelle \"moussem\" des fiançailles près du village d\'Imilchil, dans le Haut Atlas, au centre du Maroc, le 21 septembre 2019.
Des jeunes femmes amazighes (berbères) posent pour un selfie lors de la saison annuelle "moussem" des fiançailles près du village d'Imilchil, dans le Haut Atlas, au centre du Maroc, le 21 septembre 2019. (FADEL SENNA / AFP)

Une trentaine de couples de différentes tribus berbères ont célébrés la "saison des fiançailles" dans le Haut-Atlas. Un journaliste de l'AFP était sur place.

Comme chaque année, le hameau d'Aït-Amer, dans les montagnes marocaines du Haut-Atlas, a célébré avec danses, musiques et youyous le mariage collectif de jeunes couples berbères, au cours de la fête traditionnelle du "moussem des fiançailles".

Un pacte de paix entre clans rivaux

Du 19 au 22 septembre, une trentaine de couples de différentes tribus berbères ont respecté cette coutume ancestrale unique au Maroc, qui donnait autrefois au mariage une valeur de pacte de paix entre deux clans rivaux.

Un jeune couple amazigh (berbère) souriant en attendant la cérémonie de leur mariage lors de la saison annuelle des fiançailles près du village d\'Imilchil, dans le Haut Atlas le 21 septembre 2019.
Un jeune couple amazigh (berbère) souriant en attendant la cérémonie de leur mariage lors de la saison annuelle des fiançailles près du village d'Imilchil, dans le Haut Atlas le 21 septembre 2019. (FADEL SENNA / AFP)

Les visiteurs affluent de toute la région, située dans le centre du royaume, pour assister aux trois jours de festivités animées par des groupes folkloriques berbères : les hommes, djellaba et turban blanc sur la tête, tapent sur un bendir – un tambour traditionnel répandu en Afrique du Nord – tandis que les femmes en tenue traditionnelle aux couleurs flamboyantes bougent leurs épaules en rythme, les unes à côté des autres.

"C'est une tradition très ancienne et un événement très important pour la région", souligne Lhousain Oukhatar, membre du comité d'organisation du moussem ("saison"). Il se souvient de "l'éclat d'antan" de la fête et, comme beaucoup, regrette que "la nouvelle génération" ne soit "pas très portée sur les traditions".

Venus de différents villages, les fiancés arrivent l'un après l'autre en habits traditionnels, les femmes parées de longues robes colorées, parfois ornées de broderies et de bijoux, les hommes en djellabas blanches à capuche pointues.

Les mariés se fondent dans la foule sous les youyous

Tous s'avancent sous une grande tente, plantée dans un paysage rocailleux au milieu de maisons rudimentaires en pisé, avant de s'asseoir l'un à côté de l'autre. Il leur faut patienter pour établir l'acte de mariage auprès d'un adoul (notaire de droit musulman), présent spécialement pour l'occasion.

Un jeune couple amazigh (berbère) reçoit ses bagues avant l\'établissement de l\'acte de mariage lors du \"moussem\" (saison) des fiançailles au hameau d\'Aït Amer dans le Haut-Atlas le 21 septembre 2019.
Un jeune couple amazigh (berbère) reçoit ses bagues avant l'établissement de l'acte de mariage lors du "moussem" (saison) des fiançailles au hameau d'Aït Amer dans le Haut-Atlas le 21 septembre 2019. (FADEL SENNA / AFP)

Une femme passe auprès de chaque couple, leur portant des bagues disposées sur un plateau argenté. Certains promis semblent avoir le trac, d'autres, plus à l'aise, échangent des regards complices. Une fois l'acte signé, les nouveaux mariés sortent de la tente, accueillis par des youyous appuyés et disparaissent dans la foule, la bague au doigt et le sourire aux lèvres.

Vous êtes à nouveau en ligne