LA PHOTO. L'Egypte se met au catch

situé dans la province d\'Ismaïlia, au bord du canal de Suez. Une foule de près d\'un millier de personnes s\'est rassemblée en ce 18 juin 2018 pour regarder ces combattants amateurs reproduire un spectacle de lutte à l\'américaine. Le spectacle est une idée originale d\'Ashraf Mahrous «Kabonga», qui a fondé la Fédération de lutte égyptienne en 2012. Les combattants sont encouragés par un public enthousiaste de tous âges. Sur fond de musique rock et sous des effets de lumières, ils se lancent dans un corps-à-corps qui emprunte autant à une lutte sportive qu\'à une chorégraphie spectaculaire. On est loin des shows à l\'américaine mais le public se régale même si ici, près d\'Ismaïlia, le spectable s\'arrête rapidement pour des raisons de sécurité. Si les vedettes mondiales du catch gagnent des fortunes, les amateurs égyptiens, eux, ont du mal à financer leurs spectacles et en assurer la sécurité.
situé dans la province d'Ismaïlia, au bord du canal de Suez. Une foule de près d'un millier de personnes s'est rassemblée en ce 18 juin 2018 pour regarder ces combattants amateurs reproduire un spectacle de lutte à l'américaine. Le spectacle est une idée originale d'Ashraf Mahrous «Kabonga», qui a fondé la Fédération de lutte égyptienne en 2012. Les combattants sont encouragés par un public enthousiaste de tous âges. Sur fond de musique rock et sous des effets de lumières, ils se lancent dans un corps-à-corps qui emprunte autant à une lutte sportive qu'à une chorégraphie spectaculaire. On est loin des shows à l'américaine mais le public se régale même si ici, près d'Ismaïlia, le spectable s'arrête rapidement pour des raisons de sécurité. Si les vedettes mondiales du catch gagnent des fortunes, les amateurs égyptiens, eux, ont du mal à financer leurs spectacles et en assurer la sécurité. (MOHAMED EL-SHAHED / AFP)

Les Egyptiens se sont pris de passion pour le catch. Les diffusions des matchs à la télévision enregistrent des audiences record et les enfants admirent des vedettes américaines fortunées, à l'instar de John Cena, Hulk Hogan, The Undertaker, Triple H ou encore Batista. Résultat: de nombreux jeunes se sont mis à ce sport et jouent devant des spectateurs enthousiastes.

Entraînement de catch dans le village de Serapeum, situé dans la province d'Ismaïlia, au bord du canal de Suez. Une foule de près d'un millier de personnes s'est rassemblée en ce 18 juin 2018 pour regarder ces combattants amateurs reproduire un spectacle de lutte à l'américaine. Le spectacle est une idée originale d'Ashraf Mahrous «Kabonga», qui a fondé la Fédération de lutte égyptienne en 2012. Les combattants sont encouragés par un public enthousiaste de tous âges. Sur fond de musique rock et sous des effets de lumières, ils se lancent dans un corps-à-corps qui emprunte autant à une lutte sportive qu'à une chorégraphie spectaculaire. On est loin des shows à l'américaine mais le public se régale même si ici, près d'Ismaïlia, le spectable s'arrête rapidement pour des raisons de sécurité. Si les vedettes mondiales du catch gagnent des fortunes, les amateurs égyptiens, eux, ont du mal à financer leurs spectacles et en assurer la sécurité.
Vous êtes à nouveau en ligne