LA PHOTO. Et si l'escalade devenait le sport préféré de jeunes aveugles au Kenya

De jeunes grimpeurs néophytes avancent à tâtons sur le mur d\'escalade de la salle Blue Sky. Cet entraînement gratuit d\'une semaine leur a permis de faire leurs premiers pas sur un parcours à la fois fou et sécurisé à la verticale. Ces jeune malvoyants ou non-voyants ont ainsi pu repousser leurs limites, physiquement mais aussi mentalement. Ensemble, ils ont pu échanger, s\'observer et débriefer leur ressenti personnel vis-à-vis d\'une discipline entrée pour la première fois dans l\'ère olympique. L\'escalade sportive n\'est toutefois pas encore à l\'ordre du jour des prochains Jeux paralympiques de Tokyo en 2020.
De jeunes grimpeurs néophytes avancent à tâtons sur le mur d'escalade de la salle Blue Sky. Cet entraînement gratuit d'une semaine leur a permis de faire leurs premiers pas sur un parcours à la fois fou et sécurisé à la verticale. Ces jeune malvoyants ou non-voyants ont ainsi pu repousser leurs limites, physiquement mais aussi mentalement. Ensemble, ils ont pu échanger, s'observer et débriefer leur ressenti personnel vis-à-vis d'une discipline entrée pour la première fois dans l'ère olympique. L'escalade sportive n'est toutefois pas encore à l'ordre du jour des prochains Jeux paralympiques de Tokyo en 2020. (Yasuyoschi Chiba / AFP )

Koïchiro Kobayashi, Japonais, aveugle et multiple champion du monde d'escalade, a permis à des étudiants malvoyants d'une école kényane de se lancer dans l'aventure de l'escalade. Une expérience inoubliable qu'ils doivent à un partenariat entre l'ONG japonaise Monkey Magic et Kilimanjaro Blind Trust Africa (KBTA), qui soutient les enfants malvoyants au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda et au Malawi.

Le 15 mars 2018, à Nairobi. De jeunes grimpeurs néophytes avancent à tâtons sur le mur d'escalade de la salle Blue Sky. Cet entraînement gratuit d'une semaine leur a permis de faire leurs premiers pas sur un parcours à la fois fou et sécurisé à la verticale. Ces jeune malvoyants ou non-voyants ont ainsi pu repousser leurs limites, physiquement mais aussi mentalement. Ensemble, ils ont pu échanger, s'observer et débriefer leur ressenti personnel vis-à-vis d'une discipline entrée pour la première fois dans l'ère olympique. L'escalade sportive n'est toutefois pas encore à l'ordre du jour des prochains Jeux paralympiques de Tokyo en 2020.
Vous êtes à nouveau en ligne