La "Coccinelle" renaît en Ethiopie

La Coccinelle de Volkswagen, la "Love Bug", la voiture la plus emblématique de la marque allemande, trouve une seconde jeunesse en Ethiopie.

Neuf photos de Tiksa Negeri (Reuters) illustrent ce propos 

19
Les Coccinelles Volkswagen (Love Bug) continuent à circuler dans les rues d’Addis-Abeba. Elles ne sont jamais mises au rebut. Aucune pièce détachée n’est jeté.   TIKSA NEGERI / REUTERS
29
La Coccinelle est née dans les années 1930 à la demande d'Adolf Hitler. Créée par Ferdinand Porsche, cette "voiture du peuple", peu onéreuse, est devenue le symbole de la puissance industrielle allemande. TIKSA NEGERI / REUTERS
39
Dans les années 60, les studios Walt Disney en ont fait la vedette de plusieurs de leurs films, offrant ainsi à cette voiture une visibilité mondiale. Des millions de modèles furent vendues. TIKSA NEGERI / REUTERS
49
La production de la version originale, avec ses courbes légendaires, s’est arrêté définitivement en 2003. Tout le monde regrette celle que John Lennon avait, dans les années 70, surnommé non sans ironie… Beetle (scarabée).   TIKSA NEGERI / REUTERS
59
Les Allemands la surnommaient Käfer (coléoptère) et les Cubains Huevito (petit oeuf). Mais peu importe le nom, précise Jeune Afrique, le mythe s’est perpétué en Amérique du Sud et en Afrique. TIKSA NEGERI / REUTERS
69
Les pièces de rechange devenant difficiles à trouver, les mécaniciens éthiopiens se livrent à un véritable dépeçage des Coccinelles en apparence inutilisables. TIKSA NEGERI / REUTERS
79
Sur les 8.000 utilitaires et autres véhicules assemblés en Ethiopie pour le marché intérieur, 25% sont des voitures particulières. TIKSA NEGERI / REUTERS
89
Parallèlement, alors qu’une classe moyenne émerge dans le pays, on voit de plus en plus rouler des modèles couteux importés. Mais la Coccinelle a encore de véritables supporters qui lui restent restent fidèles.  TIKSA NEGERI / REUTERS
99
Si certains jeunes Ethiopiens pensent que cette voiture est à nouveau "branchée", d’autres conducteurs la trouvent empreinte de nostalgie. TIKSA NEGERI / REUTERS
Vous êtes à nouveau en ligne